Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 30 Mai 2017

Algérie: Un mémorandum de collaboration sur la valorisation des déchets entre l’ONG R20 et des industriels à Oran

Un mémorandum d’entente et de collaboration été signé lundi à Oran entre l’ONG R20 MED et des investisseurs et des industriels de l'Ouest du pays, en marge d'une visite de son président Arnold Schwarzenegger dans la capitale de l’ouest du pays.

Ce mémorandum vise à développer à Oran des projets dans le domaine du traitement et de la valorisation des déchets ménagers, s’appuyant sur le partenariat public-privé, a souligné Rachid Bessaoud, président du bureau R20 Med basé à Oran.

Une autre convention a été signée entre l’ONG R20, l’Ecole des mines de Saint Etienne (EMSE) et l’école nationale polytechnique d’Oran (ENPO) pour la mise en œuvre d’un master spécialisé en économie verte, à partir de novembre 2016, au profit des collectivités territoriales, des institutions nationales et des entreprises.

L’ex gouverneur de Californie, qui visite Oran pour la troisième fois, s’est rendu au Centre d’enfouissement technique de Hassi Bounif, pour s’enquérir du fonctionnement du centre de tri sélectif, un projet-pilote mis en place en avril 2015, appelé à être multiplié pour mieux valoriser les déchets recyclables.

Arnold Schwarzenegger s’est déplacé à la cité Ryadh Hasnaoui qui a lancé, il y a quelques mois, une opération de tri sélectif. Il s’est également rendu à la maison de l’environnement, à proximité du Jardin citadin méditerranéen.

La réalisation de cette infrastructure enregistre un taux d’avancement de l’ordre de 80%.

M. Schwarzenegger a réitéré l’engagement de son ONG R20 (Regions for Climate action) pour aider l’Algérie à valoriser les déchets ménagers, soulignant que la technologie permet aujourd’hui de réutiliser une grande partie des déchets.

"Cette technologie est à la portée de l’Algérie", a-t-il estimé, ajoutant que "le gouvernement algérien s’est engagé à rendre le pays vert".

Le président de l’ONG R20 s’est montré agréablement surpris de voir que les projets annoncés ne sont pas de simples discours mais commencent à devenir une réalité palpable.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP revendique un nouveau Tebboune tous les mercredis

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Pour le MPA, Messaoud Benagoun est victime d'une "machination diabolique"

Le MPA de Amara Benyounes prend acte du limogeage de Messaoud Benagoun, par le président Bouteflika mais prend la défense du ministre déchu qu'il dit victime d'une "machination diabolique".

La facture salée des impayés de l'électricité et gaz à Alger: 10 milliards de DA

Les créances détenues par la Société de distribution de l'électricité et du gaz d'Alger (SDA) sur ses clients sont de l'ordre de dix (10) milliards de DA, réparties à hauteur de 70% sur des administrations et entreprises publiques et de 30% pour les clients privés, a appris l'APS auprès du P-dg de cette filiale de Sonelgaz, M. Merouane Chabane.

L'Opep cherche à coexister avec le pétrole de schiste (Analyse)

  Les producteurs de pétrole conventionnel et ceux du pétrole de schiste sont d'abord ignorés, puis ils se sont combattus. Aujourd'hui, en dépit d'objectifs opposés, ils discutent.