Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 25 Avril 2018

Algérie: Lancement "prochain" d'une étude de faisabilité de l'utilisation des eaux épurées pour l’irrigation agricole dans la wilaya de Ghardaïa

Une étude de faisabilité de l'utilisation des eaux épurées traitées pour l’irrigation des périmètres agricoles sera lancée "prochainement" dans la wilaya de Ghardaïa, a-t-on appris lundi auprès des responsables de la direction des ressources en eau (DRE).
"Cette étude dont le cahier des charges est en cours d’élaboration portera sur l'utilisation des eaux épurées en sortie des quatre stations d’épuration existantes et fonctionnelles dans la wilaya (Guerrara, Berriane, El Menea et la vallée du M’Zab) actuellement déversées dans la nature", a déclaré à l’APS, le directeur du secteur Djamel Belahrache.
Initiées dans le cadre du programme national d’assainissement et d’épuration des eaux usées afin de promouvoir une politique environnementale durable et l’économie de l’eau, pour un montant de 60 millions de dinars, cette étude permettra de récupérer un total de près de 100.000 M3/jour d'eaux épurées dans les régions de Guerrara, Berriane, El Menea et la commune d’El Ateuf, l’exutoire de la vallée du M’Zab qui regroupe quatre communes ( Ghardaïa , Daya Ben Dahoua , Bounoura et El Ateuf).
"Les eaux récupérées vont soulager les réserves conventionnelles jusque-là sur-sollicitées par l’irrigation des zones agricoles, dans cette région aride qui lutte depuis longtemps contre la sécheresse", a-t-il expliqué.
Ce projet permettra à terme de "mobiliser les ressources en eau pour l’irrigation de plus de 2.000 hectares de terres agricoles en recourant aux eaux usées traitées selon les normes requises par l’OMS et la FAO en matière de potabilité, ce qui confortera les différents projets d'assainissement réalisés et contribuera également à la protection de la nappe phréatique, ainsi que la préservation des ressources hydriques de la région", a indiqué le DRE.
En matière d'épuration des eaux usées, la wilaya de Ghardaia, a accumulé une expérience qui l'érige en modèle à suivre, notamment par la construction pour un montant de plus de 6,4 milliards de Dinars les quatre stations de traitement des eaux usées par lagunage sise au lieu-dit "Kef El Doukhan" en aval de l’oued M’Zab (commune d’El Ateuf ) qui prend en charge les eaux usées des quatre communes de la vallée du M’Zab avec une capacité de 46.000 M3/ J,de Berriane 14.000 M3/J, El Menea 30.000 M3/J et de Guerrara 15.000 M3/J.
Ces infrastructures novatrices et environnementales de "grande envergure" notamment en matière de développement durable ont été conçues de manière à traiter les eaux usées naturellement sans mécanisation ni apport chimique, au moyen de lagunage par système gravitaire et les réutiliser pour l’irrigation agricole.
Chaque station est munie d'un laboratoire d'analyse qui mesure différents indicateurs relatifs à la qualité de l'eau avant, pendant et après le traitement.
D’autres études de réalisation de stations de lagunage dans cinq localités de la wilaya (Hassi Lefhal, Mansourah, Zelfana, Seb Seb et Bounoura) seront lancées prochainement, a précisé M. Belahrache
La réalisation des stations d’épuration à travers les différentes communes de la wilaya vise outre l'amélioration du cadre de vie des populations locales, la préservation de l'environnement et l'accompagnement du développement économique et social de ces localités.
Les pouvoirs publics ont adopté une politique de maîtrise et de mobilisation des ressources en eau souterraine à travers la réalisation de plusieurs forages, des réservoirs de stockage et des ouvrages de transfert d’eau.
Outre la réduction du volume et des nuisances des déchets des eaux par le biais d’un réseau de récupération et de traitement, ces stations d’épuration permettent également de limiter et d’agir contre l’un des grands problèmes qui menace la wilaya de Ghardaïa, l’utilisation irrationnelle et excessive de l’eau notamment pour l’irrigation des cultures spéculative d’été tel la pastèque, a-t-il fait savoir.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La hausse conjoncturelle des prix du pétrole et l’optimisme béat de l’Algérie

  L’optimisme de l’Algérie ne tient pas route parce que les arguments avancés par nombre d’expert à travers le monde font état d’une hausse conjoncturelle, même si la remontée en surface des fondamentaux laisse penser le contraire. La tendance haussière actuelle des prix du pétrole est-elle durable ? C’est le souhait de l’Algérie et c’est le pronostic fait par Mourad Preure.  Le PDG...

Pétrole: Sonatrach a réalisé un premier forage au Niger

  Outre Sonatrach, le Britannique Savannah Petroleum et le Chinois CNPC sont également présents au Niger.Sonatrach a foré son premier puits au Niger, a affirmé mardi 24 avril le PDG de la compagnie qui avait précédemment annoncé la découverte d’un gisement pétrolier dans le pays voisin.Le forage a été réalisé, selon des déclarations de M. Ould Kaddour rapportées par l’APS, par...

Bilan des importations au 1er trimestre 2018 : Hausse de la facture des céréales et du médicament

Le Centre national de l'information et des statistiques des Douanes (Cnis) a publié aujourd’hui les chiffres des importations pour le premier trimestre 2018. Si l’on a noté une baisse sensible de la facture d’importation alimentaire comparativement à la même période en 2017 (5 millions de dollars de baisse qui représentent 0,22%), qui représente tout de même 2,45 milliards de dollars,...