Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

Les forces antiterroristes kurdes assurent qu’al-Baghdadi, le chef de l'EI, est vivant

Les services de lutte antiterroriste du Kurdistan irakien sont sûrs à 99% que le chef de Daech Abou Bakr al-Baghdadi est encore en vie et se trouve sur le territoire syrien.
Le terroriste numéro un continue à se cacher au sud de Raqqa, en Syrie, estime le chef des services de lutte antiterroriste du Kurdistan irakien, Lahur Talabany.
«Il ne fait aucun doute que Baghdadi est vivant. Nous en sommes sûrs à 99%», a-t-il déclaré dans un entretien accordé à Reuters.
«N'oubliez pas qu'il est issu d'Al-Qaïda en Irak. Il a échappé aux services de sécurité. Il sait ce qu'il fait», a affirmé le chef du renseignement kurde en ajoutant que son éradication prendrait encore trois ou quatre ans.
La chaîne de télévision Al-Arabiya, se référant au directeur du renseignement et des opérations contre-terroristes du ministère irakien de l'Intérieur, Abou Ali al-Basri, a auparavant également annoncé que le chef de Daech n'avait pas été tué et qu'il continuait à se cacher sur le territoire syrien.
Dans la nuit du 27 au 28 mai, l'aviation russe a bombardé un poste de commandement où étaient réunis des chefs haut placés de Daech qui discutaient des itinéraires de sortie des djihadistes par le «couloir sud» de Raqqa. L'attaque des militaires russes a tué plusieurs chefs haut placés de Daech ainsi que près de 330 djihadistes. Le numéro un du groupe terroriste Abou Bakr Al-Baghdadi se trouverait également dans les locaux bombardés, l'information étant toutefois en cours de vérification.
À son tour le jeudi 29 juin, la chaîne de télévision iranienne IRIB a diffusé deux photos du corps d'un homme ressemblant à Abou Bakr al-Baghdadi pour prouver qu'il avait effectivement été éliminé.
Les terroristes de Daeсh ont confirmé la mort de leur chef, a annoncé la chaîne de télévision Al Sumaria citant une source dans la province irakienne de Nineveh.

Sputnik


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - Les sites touristiques à Gabès demeurent sous exploités

Les opérateurs économiques dans la région espèrent voir le secteur du tourisme à Gabès enregistrer une nette relance et souhaitent que le ministère de tutelle accorde un intérêt particulier au lancement du projet de pôle touristique et environnemental intégré.

Réunion du Comité ministériel de suivi Opep-Non Opep: Des ajustements en vue pour mieux stabiliser les marchés

Les perspectives de l'accord Opep-non Opep sur la réduction de la production de pétrole seront examinées lundi à Saint-Pétersbourg (Russie) par les représentants des pays signataires, dans l'optique à d'éventuels réajustements dans un marché pétrolier mondial encore sous pression.

Algérie- L’Etat subventionne l’eau uniquement à Alger et Tipaza

Alors qu’elle souffre d’un déficit de 45 milliards de dinars dû essentiellement à des créances impayées, l’Etat prive l’Algérienne des Eaux (ADE) des subventions qui lui sont théoriquement imparties.