Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

Yémen: Nouveaux raids de la coalition ménée par l'Arabie saoudite sur l'aéroport de Sanaa

La coalition arabe menée par l'Arabie saoudite a mené lundi de nouveaux bombardements aériens sur l'aéroport de Sanaa, capitale du Yémen, a-t-on appris auprès de responsables et de témoins.
L'agence Saba, contrôlée par les rebelles houthis et les forces de l'ex-président Ali Abdallah Saleh, a fait état de six raids sur la base aérienne d'Al-Daïlami, attenante à l'aéroport civil, au nord de Sanaa, ainsi que d'importants dégâts sur ce qui constituait jusqu'à l'an dernier le seul aéroport civil et commercial de la capitale.
Selon des riverains, plusieurs maisons avoisinantes ont aussi été endommagées. "Sept familles ont fui leur maison près de l'aéroport après que les puissantes frappes les ont endommagées et effrayé leurs enfants", a témoigné à Xinhua un voisin, Bakil Sayyad.
Ces nouvelles frappes font parties de celles qui s'abattent presque quotidiennement sur la capitale yéménite. La coalition a ainsi mené deux frappes samedi dernier sur Al-Daïlami, causant "de lourds dégâts à des bâtiments civils voisins", selon des voisins.
Des riverains ont aussi signalé une frappe tôt lundi matin sur une usine à l'ouest de Sanaa, endommageant le bâtiment, ainsi que des fermes et des maisons voisines.
Le pays est plongé dans la guerre civile depuis la fin 2014, quand le président Abd-Rabbo Mansour Hadi a été renversé par les milices chiites houthis appuyées par l'ex-président Ali Abdallah Saleh. Avec l'appui depuis mars 2015 de la coalition menée par Riyad, les forces légitimistes du président Hadi contrôlent désormais la partie sud et une partie de l'est du pays, alors que l'alliance Houthis/Saleh d'autres zones dont Sanaa.
L'ONU a parrainé des pourparlers de paix à plusieurs reprises, qui n'ont rien donné. La guerre civile a fait plus de 10.000 morts, dont la moitié des civils, et fait plus de 35.000 blessés.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - Les sites touristiques à Gabès demeurent sous exploités

Les opérateurs économiques dans la région espèrent voir le secteur du tourisme à Gabès enregistrer une nette relance et souhaitent que le ministère de tutelle accorde un intérêt particulier au lancement du projet de pôle touristique et environnemental intégré.

Réunion du Comité ministériel de suivi Opep-Non Opep: Des ajustements en vue pour mieux stabiliser les marchés

Les perspectives de l'accord Opep-non Opep sur la réduction de la production de pétrole seront examinées lundi à Saint-Pétersbourg (Russie) par les représentants des pays signataires, dans l'optique à d'éventuels réajustements dans un marché pétrolier mondial encore sous pression.

Algérie- L’Etat subventionne l’eau uniquement à Alger et Tipaza

Alors qu’elle souffre d’un déficit de 45 milliards de dinars dû essentiellement à des créances impayées, l’Etat prive l’Algérienne des Eaux (ADE) des subventions qui lui sont théoriquement imparties.