Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 28 Novembre 2014

  •   Oussama Nadjib
  • vendredi 25 janvier 2013 09:23

Mali - Les targuis de Kidal créent le MIA et tentent de tourner la page Iyad Ag Ghaly

Alghabasse Ag Intalla

 

Ansar Eddine était divisé entre un « groupe de Tombouctou » en situation d’osmose avec Aqmi et le Mujao et des notables de Kidal, dans le nord du pays, très soucieux de ne pas envenimer les rapports avec les pays voisins. Cette division est désormais une scission. Les notables de Kidal ont créé le Mouvement Islamique de l’Azawad et semblent avoir tourné la page d’Iyad Ag Ghaly, un homme de la région.

 

 

 

L’annonce de la création du  Mouvement islamique de l'Azawad (MIA), issu d'une scission d'avec le groupe islamiste armé Ansar Eddine semble consacrer une rupture au sein du mouvement d’Iyad Ag Ghaly entre des éléments en « osmose » avec les djihadiste et ceux qui cherchent, pour ne pas se couper d’une reconnaissance internationale,  à prendre leur distance à leur égard. Entre les Ansar Eddine de Kidal, très sensibles aux appels de l’Algérie et du Burkina à une prise de distance franche à l’égard des djihadistes et ceux de Tombouctou, très liés à Aqmi, les divergences se sont déjà exprimées sur cette question. Les dirigeants d’Ansar Eddine avaient fait des déclarations contradictoires sur la question des liens avec les groupes djihadistes et sur l’accord de « partenariat » conclu à Alger avec le MNLA, au point de paraître de jouer, grossièrement, sur l’ensemble des registres. L’attaque lancée par les djihadistes et Ansar Eddine sur les villes du sud a entrainé une intervention militaire française et une disqualification internationale du mouvement d’Iyad Ag Ghaly. Le groupe de Kidal qui vient d’annoncer la création du MIA a clairement tiré cette conclusion en indiquant vouloir aller vers une « solution pacifique » et en affirmant qu’il se « démarque totalement de tout groupe terroriste, condamne et rejette toute forme d'extrémisme et de terrorisme et s'engage à les combattre". Le communiqué du MIA, rendu public, jeudi, précise qu’il est composé « exclusivement » de maliens et a demande aux autorités maliennes et françaises d’arrêter les hostilités dans les zones qu’il occupe « à savoir les régions de Kidal et Ménaka [nord-est du Mali] et (pour) créer un climat de paix qui va nous permettre d'aller vers l'établissement d'un dialogue politique inclusif".

 

Ag Ghaly sous l’emprise du groupe de Tombouctou

 

 

 

C’est Alghabasse Ag Intalla, originaire Kidal et qui avait négocié au Burkina Fasa dans le cadre de la médiation de Blaise Compaoré qui dirige ce nouveau mouvement islamiste targui. Le communiqué du MIA n’évoque pas Iayd Ag Ghaly, chef du mouvement Ansar Eddine, lui également originaire de Kidal qui passait pour son bastion. Les notables de Kidal ont-ils décidé de se séparer d’une figure devenue encombrante en raison de sa trop grande proximité avec Aqmi.  Iyad Ag Ghaly, avait décidé le 3 janvier de retirer l'offre de cessation des hostilités" faite en décembre à Alger. Une annonce qui a précédé une «offensive » vers le sud qui a précipité les évènements. Les dirigeants d’Ansar Eddine de Tombouctou, très liés aux dirigeants d’Aqmi et du Mujao, semblaient avoir une emprise sur Iyad Ag Ghaly et sur le mouvement, et ont ruiné les efforts menées par l’Algérie et le Burkina pour dissocier les islamistes targuis des organisations djihadistes. Le premier communiqué du MIA s’inscrit très clairement dans la démarche politique défendue par le Burkina et Alger et qui a été bousculée par la précipitation des évènements. Mais qui pourrait revenir sur le devant de la scène en raison des inquiétudes qui montent au sujet des exactions qui sont commises par les militaires maliens de retour au nord contre les « peaux claires », les targuis et les arabes, devenus de manière générale des « suspects ».


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Banner Campaign
Banner Campaign
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Faut-il un coup d’Etat pour pousser au changement en Algérie ? Le CPP évoque la question

Vidéos

au menu du "Café presse" de RadioM : L’usine Renault, « dot » du 4e mandat et médias « embeded »

A ne pas manquer

Prev Next

La réunion de l'Opep échoue, le prix du baril de pétrole chute à 74 dollars

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a décidé, malgré la baisse des cours du pétrole, de maintenir son plafond de production de pétrole à 30 millions de barils par jour, a annoncé jeudi le ministre koweïtien du Pétrole, Ali al-Omair.

Algérie - Ali Haddad appelle les patrons qui ont quitté le FCE à y revenir

Le désormais nouveau président du Forum des chefs d’entreprises (FCE) a tenu une conférence de presse après son intronisation par l’assemblée générale élective réunie ce jeudi à l’hôtel El Aurassi. Ali Haddad a tenu à répondre à « ceux qui l’ont égratigné ». Le patron d’ETRHB, Ali Haddad, a déclaré que la « proximité adroite du FCE avec...

Le Maroc s'apprête à supprimer les subventions des produits pétroliers

Le gouvernement marocain s’apprête à mettre un terme, fin novembre, aux subventions des produits pétroliers, annonce le ministre des Affaires générales et de la gouvernance, Mohamed El Ouafa.