Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

  •   Oussama Nadjib
  • mercredi 21 juin 2017 08:35

Coup d'Etat royal en Arabie saoudite: Mohamed Ben Salman désigné prince héritier

Mohamed Ben Salmane, futur roi d'Arabie saoudite (dr) 

Un coup d'Etat royal a eu lieu mercredi 21 juin 2017 en Arabie saoudite avec la décision du roi Salman Ben Abdelaziz Al-Saoud de désigner son fils Mohammed Ben Salman au rang de prince héritier.

 

 Son neveu, Mohammed Ben Nayef, qui occupait, le titre de Prince héritier, en sus des fonctions de ministre de l'intérieur, a été écarté par décret royal. L'évolution qui n'a rien d'une surprise semble avoir été accélérée par la crise actuelle dans la région du Golfe.

L'ancien prince héritier déchu, longtemps à la tête des services de renseignements, a été relevé de toutes des fonctions. Il a rapidement annoncé son "allégeance" à Mohamed Ben Salman, rapportent les médias du Golfe. 

 En vertu du décret royal publié aujourd'hui, Mohammed bin Salman, 31 ans, est désigné prince héritier et donc futur roi d'Arabie saoudite. Il devient également vice-Premier ministre tout en conservant ses portefeuilles actuels, dont celui de la Défense. Mohammed bin Salman a déjà marqué la politique de l'Arabie saoudite en étant l'instigateur de la guerre que mène l'Arabie saoudite au Yémen, il également le promoteur d'une nouvelle politique économique dans le pays. 

Un grand appétit pour le pouvoir

La décision du roi de désigner son fils peut en effet être qualifiée de véritable coup d'Etat royal car elle met fin au mode de succession fondé sur une transmission du pouvoir entre frères établi depuis la fondation du royaume.  Agé de trente-un ans seulement, Mohamed Bin Salman, dont l'appétit pour le pouvoir est affiché, est assuré - sauf accident - d'être un futur roi qui a du temps devant lui.

En attendant une éventuelle abdication de son père en sa faveur, le nouveau prince héritier dispose déjà de larges pouvoirs: il cumule les postes de vice-Premier ministre, ministre de la Défense, conseiller spécial du souverain. Il préside également le Conseil des affaires économiques et de développement, en charge de la Saudi Aramco, la plus grande compagnie productrice de pétrole dans le monde.

 

 

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Depuis plus d’un demi-siècle, la ligne de succession au Royaume s’est déplacée latéralement entre les fils du fondateur du Royaume moderne, Abdul-Aziz qui fut choisi par Laurence d’Arabie parmi les chefs de tribus de la province orientale de la péninsule arabique. Les Saoud ont d’abord réuni cette province avec le Hidjaz province occidentale des 2 villes saintes mais ils avaient pris la précaution de choisir leur capitale dans l’est : Riyad. Abdul-Aziz avaient épousé sans compter et fait pratiquement des centaines d’enfants, parmi lesquels ceux qui ont régné comme Fayçal, Fahad etc.
    Ce processus de passation de pouvoir produit des résultats stables, légitimes et prévisibles. En enlevant Muqrin, Salman a accéléré le moment de vérité. Maintenant, il a sauté une génération dans le processus de succession et est allé au petit-fils d’Ibn Saoud. La Cour royale a annoncé qu’une majorité (31 de 34) des descendants vivants d’Ibn Saoud (les membres du Comité d’allégeance) a approuvé le changement. Voilà comment cela se passe dans le pays le plus riche des pays de la MENA et c’est de ce pays que le courant cultuel/culturel souterrain qui attirent toute la jeunesse des pays de la MENA, notamment dans les soi-disant républiques est programmé et entretenu.

    Rapporter Faro Laz mercredi 21 juin 2017 23:06
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - Les sites touristiques à Gabès demeurent sous exploités

Les opérateurs économiques dans la région espèrent voir le secteur du tourisme à Gabès enregistrer une nette relance et souhaitent que le ministère de tutelle accorde un intérêt particulier au lancement du projet de pôle touristique et environnemental intégré.

Réunion du Comité ministériel de suivi Opep-Non Opep: Des ajustements en vue pour mieux stabiliser les marchés

Les perspectives de l'accord Opep-non Opep sur la réduction de la production de pétrole seront examinées lundi à Saint-Pétersbourg (Russie) par les représentants des pays signataires, dans l'optique à d'éventuels réajustements dans un marché pétrolier mondial encore sous pression.

Algérie- L’Etat subventionne l’eau uniquement à Alger et Tipaza

Alors qu’elle souffre d’un déficit de 45 milliards de dinars dû essentiellement à des créances impayées, l’Etat prive l’Algérienne des Eaux (ADE) des subventions qui lui sont théoriquement imparties.