Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 25 Septembre 2017

  •   Ahmed Bounour
  • samedi 2 septembre 2017 09:12

Pétrole : Le ministre irakien de l’Energie critique le flou entourant la production du Kurdistan

D’après le ministre irakien de l’Energie la production irakienne « officielle » est inférieure à la limite fixée.

 

« L’Irak fait désormais  plus qu’il n’en faut pour rééquilibrer le marché pétrolier et respecter l’accord de réduction de la production en vigueur depuis janvier dernier ». C’est en substance ce qu’a déclaré vendredi, à Moscou, le ministre irakien de l’Energie, Jabbar Al-Luaibai.

Le ministre irakien s’est appuyé sur les derniers chiffres de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) pour démontrer la bonne foi de son pays, classé jusqu’ici dans la case des nations ayant le moins respecté leurs engagements dans le cadre de l’accord pétrolier.

M. Al-Luaibai a déclaré à la presse russe que la production de l’Irak était de 4, 32 millions de barils par jour alors que la limite fixée à ce pays est de 4, 35 millions de barils par jour.

Le ministre irakien a tenu à préciser, d’autre part, qu’il existe une véritable confusion en Irak concernant les statistiques de la production pétrolière en raison du flou qui entoure la production de la région autonome du Kurdistan. Il a clairement pointé l’opacité dont fait preuve le gouvernement de cette région, laissant entendre que le statut de pays indiscipliné a été donné à son pays à cause justement du manque de communication des autorités locales kurdes.

Lors des dernières réunions de l’Opep et de ses partenaires, l’Irak comme d’autre pays d’ailleurs, a été sommée de respecter ses engagements envers l’accord de réduction de la production pétrolière. Cet appel a été d’autant plus pressant que la production des membres de l’Opep a particulièrement augmenté au cours du mois de juillet.

L’accord de réduction de la production pétrolière devra s’étaler jusqu’au mois de mars 2018.  Signé par l’Opep et ses partenaires menés par la Russie, il prévoit une réduction de la production de l’ordre de 1,8 million de barils par jour.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: "Le gouvernement Ouyahia n’a aucune intention de faire des réformes" - Abdesselam Ali-Rachedi

 L’ancien député Abdesselam Ali-Rachedi estime que l’impasse était prévisible depuis 2012.  Selon lui, le pouvoir cherche « plus à camoufler le déficit qu’à le juguler ».

Algérie- Au moins 600 000 postes d’emploi inoccupés dans l'agriculture (ministre)

Quelque 600 000 postes d’emploi se rapportant à l’agriculture sont encore inoccupés sur le territoire national faute de postulants, a affirmé dimanche à Sidi Lakhdar (Aïn Defla), le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Mohamed Mebarki, appelant les jeunes à opter pour ce créneau d’activité porteur.

Tunisie : Le projet de loi de finances 2018 annonce des jours encore plus durs aux tunisiens

 L'augmentation des taux d'imposition et notamment des différents taux de la TVA, du droit de consommation et la création d’une Contribution Sociale Généralisée, semblent être les grandes orientations prévues dans le projet de loi de Finances 2018, commentées par l'expert comptable, Walid Ben Salah.