Rapporter un commentaire

Depuis plus d’un demi-siècle, la ligne de succession au Royaume s’est déplacée latéralement entre les fils du fondateur du Royaume moderne, Abdul-Aziz qui fut choisi par Laurence d’Arabie parmi les chefs de tribus de la province orientale de la péninsule arabique. Les Saoud ont d’abord réuni cette province avec le Hidjaz province occidentale des 2 villes saintes mais ils avaient pris la précaution de choisir leur capitale dans l’est : Riyad. Abdul-Aziz avaient épousé sans compter et fait pratiquement des centaines d’enfants, parmi lesquels ceux qui ont régné comme Fayçal, Fahad etc.
Ce processus de passation de pouvoir produit des résultats stables, légitimes et prévisibles. En enlevant Muqrin, Salman a accéléré le moment de vérité. Maintenant, il a sauté une génération dans le processus de succession et est allé au petit-fils d’Ibn Saoud. La Cour royale a annoncé qu’une majorité (31 de 34) des descendants vivants d’Ibn Saoud (les membres du Comité d’allégeance) a approuvé le changement. Voilà comment cela se passe dans le pays le plus riche des pays de la MENA et c’est de ce pays que le courant cultuel/culturel souterrain qui attirent toute la jeunesse des pays de la MENA, notamment dans les soi-disant républiques est programmé et entretenu.