Sonatrach réfléchit à un nouveau dispositif de sécurité pour ses sites pétroliers et gaziers
Banner Campaign
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Décembre 2014

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • mardi 29 janvier 2013 15:16

Sonatrach réfléchit à un nouveau dispositif de sécurité pour ses sites pétroliers et gaziers

TiguentourineLe site gazier algérien de Tiguentourine attaqué par un groupe armé le 16 janvier dernier.


Son PDG Abdelhamid Zerguine a indiqué aujourd’hui qu’une évaluation du dispositif de sécurité des sites pétro-gaziers du groupe public algérien, ainsi que de ses infrastructures, était actuellement « en cours ». Une révision de la loi de 1990 régissant la protection de ces sites n’est pas exclue, a-t-il laissé entendre, sans préciser la nature des modifications qui seraient introduites sur ce texte législatif.

 

Tirant la leçon de la prise d’otages dont le site de Tiguentourine (Amenas) a été récemment le théâtre, Sonatrach réfléchit à un nouveau dispositif de sécurité de ses champs pétroliers et gaziers. C’est ce qu’a annoncé aujourd’hui à la radio nationale Abdelhamid Zerguine, PDG du groupe pétrolier public algérien.

Le patron de Sonatrach a rappelé que la sécurité des infrastructures et des travailleurs du groupe et de ses partenaires étrangers était régie par une « loi datant des années 1990 ». Ce texte autorisé notamment les sociétés de gardiennage privées à prendre en charge la protection des sites pétroliers et gaziers.

Abdelhamid Zerguine n’a pas indiqué, en revanche, de quelle nature seraient les nouvelles mesures qui seront prises pour éviter la réédition du scénario de Tiguentourine. Il s’est contenté de dire que si révision de loi de 1990 il y a, la nouvelle législation sera appliquée « rigoureusement ».

Le PDG du groupe algérien a également annoncé qu’une évaluation du dispositif de sécurité actuel était « en cours » et qu’elle se menait « en collaboration avec les services de sécurité ». Il a précisé qu’en matière de protection  des sites pétro-gaziers, Sonatrach était un simple « exécutant » et qu’elle ne ferait qu’appliquer la loi.

Pour rappel, l’attaque du site de Tiguentourine par 32 islamistes armés, le 16 janvier denier, a attiré l’attention sur le nécessaire renforcement de la sécurité des infrastructures pétro-gazières, non seulement en Algérie mais aussi dans d’autres pays. La Tunisie, par exemple, vient de prendre la décision d’affecter des « unités spéciales » à la garde de ses champs pétroliers et gaziers, notamment ceux situés sur la frontière tuniso-algérienne.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Banner Campaign
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
Banner Campaign

Vidéos

Pour le CPP, la fatwa de Hamadache soulage Bouteflika mais aggrave le mal de l'Algérie

Vidéos

M. Liès Kerrar, expert financier: "Le droit de préemption ne s’applique pas aux transactions en bourse"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Baisse de 40% de l'excédent commercial sur les 11 premiers mois de 2014

Les exportations ont atteint 58,67 mds usd de janvier à fin novembre 2014, contre 59,07 mds usd à la même période de 2013, soit une baisse de 0,68%. Les importations ont augmenté à 53,29 mds usd contre 50,19 mds usd, en hausse de 6,19%. Les Douanes prévoient de clôturer l'année 2014 avec un excèdent commercial de l'ordre de 5 mds...

"2015 sera une année difficile pour l’économie tunisienne" (Mondji Mokaddam, économiste)

Pour ce professeur d’économie à l’université de Tunis, « il faudrait exclure toute possibilité d’emprunt extérieur » et compter sur les « ressources financières internes ». Celles-ci, explique-t-il, pourraient être « de nature fiscale (ce que doivent les riches à l’Etat) » ou « non fiscale (l’épargne) ».

Algérie - Prochaine mise en service du complexe de production de cigarettes de Sig (DG de la SNTA)

La SNTA emploie 4.500 travailleurs. Son chiffre d’affaires a atteint, en 2013, quelque 56,6 milliards DA dont 40 milliards DA versés au Trésor public au titre de taxes fiscales.