Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 25 Avril 2018

  •   Reuters
  • jeudi 29 mars 2018 17:39

Un rapport judiciaire français relance les polémiques sur les circonstances de la mort des 7 moines de Tibhirine

Le monastère de Tibhirine, où vivaient les sept moines assassinés en 1996 (photo publiée sur : http://www.jevisitelalgerie.com).

Alger s'était opposé au rapatriement en France des prélèvements sur les crânes des sept religieux, morts assassinés en 1996 et dont les corps n’ont jamais été retrouvés. Ce rapatriement a finalement pu être effectué en 2016, ce qui a permis de procéder à cette expertise.

 

  

Un rapport remis à la justice française "sème fortement le doute" sur la thèse officielle algérienne à propos de la mort, en 1996, des sept moines de Tibhirine, a déclaré jeudi l'avocat de leurs familles, confirmant une information de France Inter.

L'examen de prélèvements sur les crânes des sept religieux a notamment permis d'établir que ces têtes avaient probablement été inhumées une première fois et déterrées pour être placées là où elles ont été retrouvées le 30 mai 1996 près de Médéa, à une centaine de kilomètres au sud-ouest d'Alger, a expliqué à Reuters Me Patrick Baudouin, président d'honneur de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH).

Le rapport confirme également plusieurs conclusions d'une précédente expertise conduite sur place en 2014 et dont les résultats ont été communiqués en 2015 à la justice française.

Alger s'était cependant opposé au rapatriement en France des prélèvements. Ce rapatriement a finalement pu être effectué en 2016, ce qui a permis cette nouvelle expertise.

Selon celle-ci, la mort des moines serait bien antérieure à la revendication de leur assassinat le 21 mai 1996 par le Groupe armé islamique (GIA) et les moines, dont le corps n'a pas été retrouvé, semblent bien avoir été décapités après leur décès.

"L'hypothèse du décès survenu entre le 25 et le 27 avril reste plausible", précise ainsi ce document de 185 pages.

Autrement dit, ils auraient été tués un mois après leur enlèvement en pleine guerre civile algérienne par des hommes armés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996, dans leur monastère Notre-Dame de l'Atlas de Tibéhirine proche de Médéa.

Cet enlèvement ne sera revendiqué qu'un mois plus tard par le GIA dans un premier communiqué. La thèse d'Alger est qu'ils ont été enlevés et décapités par des islamistes du GIA.

Selon Me Patrick Baudouin, les huit experts auteurs du rapport font état de "lésions d'égorgement" sur deux crânes.

Les incisions constatées sur les autres crânes laissent aussi penser à un "mécanisme d'égorgement", sans toutefois permettre de conclure aussi clairement, précise l'avocat.

 

Opacité et dissimulation

 

Les têtes des sept moines ne portent pas d'impacts de balles, "ce qui fragilise grandement une des thèses qui avait été soutenue, d'une bavure de l'armée algérienne avec des tirs émanant d'hélicoptères", ajoute Me Baudouin.

Là encore, en l'absence des corps, il est difficile de tirer des conclusions définitives. Mais pour l'avocat, cette expertise apporte néanmoins aux deux juges français chargés de l'affaire "des éléments intéressants et concordants avec un certain nombre d'autres données du dossier".

"On peut en déduire que la thèse officielle des autorités algériennes est quand même compromise et que ce rapport sème fortement le doute sur cette version", ajoute-t-il. Le rapport "rejoint toute une série d'interrogations précédentes."

Me Baudouin rappelle notamment que lors de l'annonce de la mort des moines, en 1996, les autorités algériennes avaient dissimulé le fait que seules les têtes avaient été retrouvées.

Les analyses génétiques des prélèvements ont d'ailleurs confirmé que les têtes retrouvées près de Médéa étaient bien celles des sept moines, bien que six d'entre elles aient été interverties lors de leur inhumation définitive en Algérie.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • En incluant la mention suivante : ‘l’hypothèse de décès survenu entre le 25 et le 27 avril reste plausible’, le rapport unilatéral d’experts français n’écarte pas la thèse d’une bavure des autorités algériennes, elle l’a met juste en veille, mais par contre, exclu de facto celle, éventuelle, des services français et de leurs autorités hiérarchique de l’époque, puisqu’en mettant le curseur entre le 25 et le 27 avril, on vide l’enquête de l’évènement du mardi 30 avril 1996 où il est établit de la visite de l’Excommunicato Mustapha Abdallah à l’ambassade de France où il avait laissé la cassette des sept religieux, objet du rapport 30656 du colonel Clément du lundi 6 mai 1996 déclassifié par décision du ministre français de la Défense numéro 016248 du 20 novembre 2009.

    Le rapport dit implicitement que l’intervention pourtant bien réelle de la partie française dans une affaire algéro-algérienne, n’a aucun effet dans l’assassinat puisqu'elle se situe post mortem.

    Afin que la plausible puisse devenir avéré,nous sommes dans l’attente du rapport complémentaire d’experts algériens afin que celui-ci puisse éclairer de sa lumière cette période chromatique qu’est la décennie noire.

    Rapporter Amascha-Hô vendredi 30 mars 2018 10:49
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La hausse conjoncturelle des prix du pétrole et l’optimisme béat de l’Algérie

  L’optimisme de l’Algérie ne tient pas route parce que les arguments avancés par nombre d’expert à travers le monde font état d’une hausse conjoncturelle, même si la remontée en surface des fondamentaux laisse penser le contraire. La tendance haussière actuelle des prix du pétrole est-elle durable ? C’est le souhait de l’Algérie et c’est le pronostic fait par Mourad Preure.  Le PDG...

Pétrole: Sonatrach a réalisé un premier forage au Niger

  Outre Sonatrach, le Britannique Savannah Petroleum et le Chinois CNPC sont également présents au Niger.Sonatrach a foré son premier puits au Niger, a affirmé mardi 24 avril le PDG de la compagnie qui avait précédemment annoncé la découverte d’un gisement pétrolier dans le pays voisin.Le forage a été réalisé, selon des déclarations de M. Ould Kaddour rapportées par l’APS, par...

Bilan des importations au 1er trimestre 2018 : Hausse de la facture des céréales et du médicament

Le Centre national de l'information et des statistiques des Douanes (Cnis) a publié aujourd’hui les chiffres des importations pour le premier trimestre 2018. Si l’on a noté une baisse sensible de la facture d’importation alimentaire comparativement à la même période en 2017 (5 millions de dollars de baisse qui représentent 0,22%), qui représente tout de même 2,45 milliards de dollars,...