Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Octobre 2014

  •   Rédaction Maghreb Emergent (avec Map)
  • vendredi 23 août 2013 16:08

Maroc - Pas touche au prix du pain et du gaz butane!

MarocLes émeutes du pain de 1981 ont fait de trés nombreuses victimes (dr)

 Pas touche au prix du prix et du gaz butane a averti le gouvernement marocain dans une mise en garde directe aux professionnels concernés. La paix sociale est en jeu.  Le souvenir des émeutes de pain brutalement réprimées en 1981 est dans tous les esprits.

 

   

Les prix du pain et des bonbonnes de gaz ne subiront aucune hausse, a affirmé le ministre chargé des Affaires générales et de la gouvernance, Mohamed Najib Boulif, soulignant que "le gouvernement n'a pas l'intention jusqu'à présent d'augmenter les prix de ces produits".  "Les professionnels ne peuvent augmenter les prix de ces produits jusqu'à ce que le gouvernement le décide (...) et toute hausse sans avis ou décision du gouvernement est considérée comme une violation de la loi", a précisé M. Boulif dans une déclaration au quotidien +Attajdid+ paru vendredi.  S'agissant de la hausse des prix du lait décidée par les producteurs, il a fait savoir que le gouvernement va intervenir aussi bien auprès de la première société à appliquer cette hausse qu'auprès des coopératives qui ont pris par la suite une décision similaire.  Le gouvernement va faire le nécessaire auprès de ces producteurs et diligenter une enquête en la matière, a-t-il ajouté, précisant que les hausses décidées par les coopératives doivent être soumises à une procédure régie par la loi sur la liberté des prix et de la concurrence.   Le ministre a appelé, à cet égard, les producteurs du lait à prendre en considération "la conjoncture" que vivent les Marocains et à revenir sur cette hausse décidée sans l'accord du gouvernement.

 Le souvenir des émeutes  du pain de 1981

 La mise en garde du gouvernement intervient après que la Fédération nationale de la boulangerie et pâtisserie du Maroc (FNBPM) a menacé d’augmenter les prix. Le président de la Fédération, Lahoussine Azaz, a indiqué qu’il y avait deux options : la cessation des activités ou la hausse des prix. La décision devrait être prise dans les prochains jours lors d’une réunion à Settat. La FNBPM s’était engagée fin 2011 à ne pas toucher au prix du pain contre un contrat-programme pour la restructuration et la modernisation du secteur. Des discussions sont prévues avec le gouvernement qui n’oublie pas les émeutes du pain de juin 1981 à Casablanca. Celles-ci ont fait, selon les sources, entre 114 morts reconnus tandis que  l'USFP parlait 637 morts, le PPS de 800 morts. Les médias étrangers ont donné les chiffres de 600 à 1000 victimes et de 5 000 arrestations.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Banner Campaign
Banner Campaign
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - L'excédent commercial chute de 18% à 5,3 Mds de dollars de janvier à septembre

L'Algérie a réalisé un excédent commercial de 5,39 milliards de dollars (mds usd) durant les neuf premiers mois de l'année 2014, contre 6,6 mds usd à la même période de l'année précédente, soit une baisse de 18%, a appris lundi l'APS auprès des Douanes algériennes.

Algérie – Des émeutiers du logement bloquent le tunnel de Oued Ouchayeh, à l'Est d'Alger

Une centaine de jeunes habitants en colère, du quartier populeux de Badjarah à l’Est d’Alger, bloquent depuis plusieurs heures ce lundi, le tunnel de Oued Ouchayah. Ils contestent la liste de distribution des logements dressée par leur commune.

Trois ans après la mort de Kadhafi, le chaos regne en maître en Libye

  La Libye a actuellement deux gouvernements rivaux. Le premier, issu des dernières élections législatives et seul reconnu par la communauté internationale, a dû se réfugier à Tobrouk, dans l'est du pays, après la prise de contrôle de la capitale Tripoli par les miliciens pro-islamistes de Misrata, qui ont maintenu en fonction l'ancien parlement, le Congrès général national (CGN).

"Café presse" : Le pouvoir algérien face à la contestation policière

Djaoued Salim Allal, president du CCIEA : «Les PME espagnoles investissent en Algérie mais en mode profil bas»

Banner Campaign