Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 27 Mars 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • samedi 8 février 2014 16:08

Algérie - Le mouvement de protestation des enseignants n’est pas près de s’arrêter

Le verdict judiciaire déclarant « illégales » les grèves des enseignants ne les empêche pas de se radicaliser.

Déclenché le 26 janvier 2013 par l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation et rejoint le 4 février par le Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique, ce mouvement se renforcera cette semaine d’une « grève cyclique » du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique. Le ministère de l’Education demande aux responsables au niveau des wilayas de « prendre toutes les mesures nécessaires » pour exécuter les décisions de justice le déclarant « illégal ».

 

Le Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (SNAPEST) a décidé de reconduire sa grève cyclique. C’est ce qu’il a fait savoir dans un communiqué adressé à la presse hier vendredi.

Cette décision a été annoncée le lendemain de celle prise par le Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (CNAPEST) et l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (l’UNPEF) de poursuivre leur grève à partir du dimanche 9 février 2014.

Déclenché le 26 janvier 2013 par l’UNPEF et rejoint le 4 février par le CNAPEST, ce mouvement de protestation a des revendications sociales portant sur le droit au logement pour les enseignants, la médecine du travail et la promotion et l’amélioration des revenus de certaines catégories de personnels. Le ministère de l’Education nationale n’en reconnaît pas la légalité, se basant sur une décision de la justice administrative datée du 3 février 2014 déclarant « illégales » aussi bien la grève de l’UNPEF que celle du CNAPEST.

Dans une instruction datée du 3 février 2014 adressée aux responsables de l’Education dans les wilayas, le ministère a demandé à ces derniers de diffuser le plus largement possible les verdicts judicaires déclarant illégale la grève mais aussi de « prendre toutes les mesures nécessaire en cas de refus de (les) exécuter ».


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Rocambolesque revirement sur le dossier des importations après plusieurs jours d’embargo

  La Banque d’Algérie a autorisé la domiciliation des opérations d’importations de produits destinés à la revente en l’état. Ce revirement intervient moins d’une semaine après la suspension décidée par le ministre du commerce Abdelmadjid Tebboune.

OPEP et NON OPEP trancheront en avril sur la reconduction de l’accord sur la réduction de la production

  Les membres du comité ministériel de suivi des accords OPEP et non OPEP, réunis au Koweït se prononceront en avril prochain sur la reconduction ou non de l’accord sur la réduction de leur production.

Maroc: Pour pouvoir former le gouvernement El Othmani a cédé et fait le contraire de Benkirane

                                           Saad Eddine El Othmani a rapidement dénoué le blocage dans lequel s’empêtrait son prédécesseur Abdelilah Benkirane. Il a choisi de céder : l’USFP fera partie du gouvernement, l’Istiqlal reste dehors.