Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

  •   Lyas Hallas
  • lundi 10 novembre 2014 18:22

Joktal et Martal, les deux seuls sous-traitants pour la fabrication de la Renault Symbol algérienne

Renault n'a pas trouvé de sous-traitants pour la majeure partie des 23 composants de la Symbol qu'il aimerait faire fabriquer en Algérie.

En dépit de l’assistance de Renault et de la Bourse de sous-traitance et de partenariat, le test n’a été passé avec succès que ces deux sociétés. Le taux d'intégration annoncé (17 %), ne risque pas de s'améliorer de sitôt.

 

Menée par Renault Algérie Production, la SNVI et la Bourse de sous-traitance et de partenariat de l'Ouest, la campagne de recensement de potentiels sous-traitants pour contribuer à la fabrication de la Symbol algérienne, sortie aujourd’hui de l'usine Renault d'Oued Tlélat (Oran), a été un fiasco. Sur 113 opérateurs algériens recensés, seul Joktal, qui fabrique des pièces en plastique soudé et injecté (pare-chocs, tableaux de bord...), et Martal, fournisseur de sièges (société mixte entre le patron de Joktal est des partenaires turcs) ont été retenus. Aucun d'autre ne répond aux standards de fabrication décrétés par l'Alliance Renault-Nissan, du moins pour le moment, puisque Renault compte accompagner les sous-traitants potentiels afin de les aider à améliorer leurs produits. Cette situation fait que la nouvelle Symbol algérienne a été fabriquée plutôt... en Roumanie, d'où viennent des kits complets à assembler sur la chaîne de montage d'Oued Tlélat. Le taux d'intégration annoncé, 17 %, ne risque pas de s'améliorer de sitôt.

 

3 autres sous-traitants en cours d’évaluation finale

 

Dans un communiqué diffusé en marge de l'inauguration aujourd’hui de son usine algérienne, Renault a, néanmoins, indiqué que "d'autres accords sont à l'étude". Dans une déclaration à l'APS, le directeur général de la Bourse algérienne de sous-traitance et de partenariat (BASTP), Aziouez Laïb, a indiqué que "trois autres sous-traitants sont en cours d'évaluation finale pour être éventuellement retenus afin de fournir à l'usine les faisceaux électriques, les accumulateurs pour batteries et les tuyaux d'échappement". Il n’a pas donné, toutefois, les noms de ces sous-traitants potentiels.

Globalement, les entrepreneurs algériens n'ont pas su profiter des opportunités d'affaires que leur a offertes ce projet de Renault auquel ils étaient appelés à fournir 23 composants. Il n'en ont pas profité en dépit de l'assistance multiple que leur fournit le constructeur français en matière de formation, de mise à niveau et de certification, et de l’assistance de la BASTP (recherche de partenaires de pays tiers, mise en relation d'affaires, accompagnement pour l'acquisition des équipements complémentaires...).

 

 

23 composants proposés aux sous-traitants algériens de Renault-Algérie

 

Les 23 composants présentant des opportunités d'investissement pour les sous-traitants dans le cadre de ce projet sont : "les câblages électriques, les vitrages (vitres de portes, pare-brises, lunettes arrière), les pièces en plastique soudé, injecté (pare-chocs, tableaux de bord, etc.), les peintures des pièces plastiques, la boulonnerie et la visserie, les batteries de nouvelle génération, les sièges complets (mousse, armature, tissus, etc.), les garnissages intérieurs, les lignes d'échappement, les ressorts à boudins, les radiateurs, les pièces en caoutchouc, les filtres à air et filtres à huile, les petites pièces de tôlerie et ossatures de tôlerie, les peintures, les mastics, les diluants (pour la tôle), les mécanismes de portes (lève-glaces, serrures, etc. ), les systèmes d'éclairage (feux avant et arrière, lampes), les amortisseurs AV/AR, les disques de freins, les étriers et les plaquettes de freins, les usinages, les jantes de roues, les pneumatiques, les lots de bord (crics, triangles pré-signalisation, clés) et les composants électroniques. 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - Les sites touristiques à Gabès demeurent sous exploités

Les opérateurs économiques dans la région espèrent voir le secteur du tourisme à Gabès enregistrer une nette relance et souhaitent que le ministère de tutelle accorde un intérêt particulier au lancement du projet de pôle touristique et environnemental intégré.

Réunion du Comité ministériel de suivi Opep-Non Opep: Des ajustements en vue pour mieux stabiliser les marchés

Les perspectives de l'accord Opep-non Opep sur la réduction de la production de pétrole seront examinées lundi à Saint-Pétersbourg (Russie) par les représentants des pays signataires, dans l'optique à d'éventuels réajustements dans un marché pétrolier mondial encore sous pression.

Algérie- L’Etat subventionne l’eau uniquement à Alger et Tipaza

Alors qu’elle souffre d’un déficit de 45 milliards de dinars dû essentiellement à des créances impayées, l’Etat prive l’Algérienne des Eaux (ADE) des subventions qui lui sont théoriquement imparties.