Confusion sur l’état du site gazier de Tiguentourine, le patron de Sonatrach se veut rassurant
Banner Campaign
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 20 Décembre 2014

  •   Aïssa Bouziane
  • mardi 29 janvier 2013 14:45

Confusion sur l’état du site gazier de Tiguentourine, le patron de Sonatrach se veut rassurant

 

Les retombées de la prise d’otages de Tiguentourine, près d’In Amenas, au cœur du Sahara, continuent d’agiter l’Algérie. Alors que le ministre de l’énergie, M. Youcef Yousfi, avait annoncé dès la fin de la prise d’otages que la production reprendrait « dans les deux jours », le patron de Sonatrach, M. Abdelhamid Zerguine, affirme que le « diagnostic » se poursuit toujours. Il se veut toutefois rassurant, en déclarant qu’aucune installation vitale n’a été touchée.

 

 

Le PDG de Sonatrach, M. Abdelhamid Zerguine, a déclaré mardi que le diagnostic se poursuit sur le site de Tiguentourine, près d’In Amenas, où avait eu lieu une prise d’otages  à la mi-janvier. M. Zerguine s’est refusé à donner un pronostic sur les délais nécessaires pour la reprise de l’activité du site, mais il a déclaré, au cours d’une émission de radio, que les vérifications opérées jusque-là ont montré qu’aucune installation vitale n’a été touchée.

Il a expliqué ces délais relativement longs par la complexité du site, qui est relié à plus de 90 puits. En outre, trois autres centres gaziers en cours de réalisation, dans lesquels sont impliqués des entreprises étrangères, dont des compagnies japonaises,  sont connectés à site de Tiguentourine, ce qui impose des vérifications méthodiques de toutes les installations. Cependant, il a déclaré, « sous toute réserve », qu’aucune installation vitale n’a été endommagée.

Les travaux de réhabilitation proprement dits n’ont pas encore commencé. Jusque-là, les travaux engagés se sont limités à des réparations ne nécessitant pas d’équipements importants, a déclaré M. Zerguine, précisant que le diagnostic requiert des techniques « très élaborées ». Au lendemain de la prise d’otages d’In-Amenas, le ministre de l’Energie, M. Youcef Yousfi, avait déclaré que l’exploitation du site reprendrait « dans les deux jours ». Une certaine confusion règne, depuis, sur les délais nécessaires pour le redémarrage du site.

La prise d’otages de Tiguentourine avait fait 37 morts parmi les otages. Tous les membres du groupe terroriste ont été abattus ou arrêtés. Au moment de la prise d’otages, il y avait 134 travailleurs étrangers et 680 Algériens, selon le PDG de Sonatrach.

M. Zerguine a également assuré que l’Algérie avait une marge de production qui lui a permis de respecter tous les engagements concernant les livraisons de gaz à ses clients. Les contrats prévoient une clause de « force majeure », mais Sonatrach n’a pas eu à recourir à cette clause, car elle a pu compenser le manque de production de Tiguentourine, qui représente 12% de la production algérienne, selon le ministre de l’énergie, M. Youcef Yousfi.

 

Les bassins miniers de l’Algérie sont « prometteurs »

 

Le PDG de Sonatrach a également démenti des rumeurs insistantes selon lesquelles des compagnies étrangères auraient résilié des contrats en Algérie. « Aucune entreprise n’a résilié un contrat », a-t-il dit, ajoutant que les entreprises « algériennes et étrangères savent qu’il ne faut pas céder au chantage » des groupes terroristes. « Il n’y a pas de risque zéro (…) Les entreprises internationales disent que la riposte au terrorisme, c’est l’élargissement du partenariat. Nous partageons ce point de vue ».

Il a également indiqué que l’attentat qui a eu lieu lundi dans la région de Bouira n’a eu aucun impact sur les installations de Sonatrach. Trois personnes, en charge de la surveillance d’un gazoduc reliant Hassi R’Mel, au Sahara, au nord du pays, ont été assassinées lundi dans la région de Bouira, à 150 kms au sud-est d’Alger.

D’autre part, M. Zerguine a indiqué que Sonatrach, qui fête cette année son 50ème anniversaire, mise énormément sur les hydrocarbures non conventionnels, affirmant que les réserves pourraient être « de loin » supérieures à celles des hydrocarbures conventionnels. Les réserves conventionnelles de l’Algérie sont « modestes », a-t-il, d’où la nécessité d’intensifier les efforts d’exploration. Celle-ci va notamment s’étendre vers le sud-ouest, le nord du pays et en off-shore. Les bassins miniers de l’Algérie n’ont été explorés qu’à 30%, et ils restent « prometteurs », a-t-il déclaré.

Pour M. Zerguine, le gaz de schiste constitue « un défi ». Dans les trois prochaines décennies, il peut devenir une « priorité », a-t-il dit, affirmant que Sonatrcah a besoin de partenariat pour mener les travaux d’exploration nécessaires. Cela ne signifie pas pour autant que Sonatrach est désarmée. Sur  les 31 découvertes réalisées durant l’année 2012, 25 ont été faites par Sonatrach seule, a-t-il indiqué.

Sur le strict plan de la sécurité, M. Zerguine s’est montré très prudent. Sonatrach « n’est qu’un exécutant » dans ce domaine, a-t-il dit, n’excluant pas une révision des procédures, en « concertation avec les services de sécurité ». Si des décisions sont prises, elles seront appliquées « dans toute leur rigueur », a-t-il dit.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Banner Campaign
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
Banner Campaign

Vidéos

Pour le CPP, la fatwa de Hamadache soulage Bouteflika mais aggrave le mal de l'Algérie

Vidéos

M. Liès Kerrar, expert financier: "Le droit de préemption ne s’applique pas aux transactions en bourse"

A ne pas manquer

Prev Next

Tunis : La tension était perceptible lors des derniers meetings avant le silence électoral

  Un important dispositif de sécurité a été mis en place pour séparer les partisans des deux candidats pour leurs derniers meetings, avant le silence électoral précédant le scrutin. Béji Caid Essebsi est venu à la place du 23 janvier prononcer une brève allocution. Moncef Marzouki, très attendus par ses partisans à l’Avenue Bourguiba, a fait défaut.

Pour le CPP, la fatwa de Hamadache soulage Bouteflika mais aggrave le mal de l’Algérie (audio-vidéo)

  Actualité variée mais pas très réjouissante pour le CPP : état de santé du président Bouteflika, intolérance et crise égyptienne. Souhila Benali, l’animatrice du CPP, a eu de la peine à trouver une actualité positive.

Crash d'Air Algérie: Les dépouilles des victimes algériennes rapatriées

  Les dépouilles des victimes algériennes du crash du vol AH 5017 d'Air Algérie sont arrivés ce matin à Alger à l’aéroport Houari Boumedienne, a-t-on appris auprès des familles des victimes.