Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 25 Septembre 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • mercredi 1 mars 2017 09:24

L’évaluation des politiques publiques, un métier qui fait défaut en Algérie – Abderrahmane Slimani (APROMECE)

 

 

Le président de L'Association pour la promotion des métiers de la consultance en entreprise (APROMECE), Abderrahmane Slimani a soutenu, au micro de Radio M, que l’Algérie avait besoin de développer l’activité d’évaluateurs de politiques publiques.

 

L’évaluation de la politique publique qui est un vrai « métier », fait aujourd’hui défaut en Algérie, selon M. Slimani qui signale que cette tâche doit être confiée à des spécialistes neutres et non à des cadres relevant d’institutions publiques.

 « Si les décideurs qui ont mis en place une politique en font eux-mêmes l’évaluation, il y a, dans ce cas,  quelque chose qui ne va pas », assure M. Slimani qui s’étonne que l’Algérie soit encore en retard dans ce domaine. « De nombreux pays africains ont développé le métier d’évaluation de politiques publiques, alors qu’ils n’ont pas l’importance qu’a notre pays », déplore-t-il.

 En outre, le président de l’APROMECE attire l’attention sur le fait que l’évaluation des politiques publiques ne concerne pas uniquement l’efficacité des programmes mis à exécution, puisqu’elle confère également, à l’évaluateur, le statut d’intermédiaire entre les opérateurs économiques et les pouvoirs publics.

 

 

Il est question, précise-t-il, de transmettre les préoccupations des PME aux autorités afin que celles-ci puissent ajuster leurs politiques en fonction de la réalité du terrain. Il rappelle, précisément, que l’association qu’il préside a transmis au ministère de l’Industrie et des mines un rapport d’évaluation sur le programme national de mise à niveau des PME, mais qu’aucune réponse n’a été donnée à l’association.

 M. Slimani estime, par ailleurs, que la loi relative à la PME de 2017 définit plus clairement les objectifs que celle de 2001, en dépit de l’existence de certaines « redondances ».

 A ce propos, il exhorte les pouvoirs publics à développer davantage les PME au lieu des grandes entreprises, affirmant que ce sont les PME qui garantiront le développement du pays. Des efforts devraient également être déployés pour encourager le développement du métier de consultant en Algérie qui a pour charge d’accompagner les entreprises dans leur développement.

 L’APROMECE créée en 2012, organise les 15 et 16 avril prochain, le Salon national algérien du consulting (Snac) afin de communiquer autour du métier de consultant, un métier encore mal connu en Algérie.

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: "Le gouvernement Ouyahia n’a aucune intention de faire des réformes" - Abdesselam Ali-Rachedi

 L’ancien député Abdesselam Ali-Rachedi estime que l’impasse était prévisible depuis 2012.  Selon lui, le pouvoir cherche « plus à camoufler le déficit qu’à le juguler ».

Algérie- Au moins 600 000 postes d’emploi inoccupés dans l'agriculture (ministre)

Quelque 600 000 postes d’emploi se rapportant à l’agriculture sont encore inoccupés sur le territoire national faute de postulants, a affirmé dimanche à Sidi Lakhdar (Aïn Defla), le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Mohamed Mebarki, appelant les jeunes à opter pour ce créneau d’activité porteur.

Tunisie : Le projet de loi de finances 2018 annonce des jours encore plus durs aux tunisiens

 L'augmentation des taux d'imposition et notamment des différents taux de la TVA, du droit de consommation et la création d’une Contribution Sociale Généralisée, semblent être les grandes orientations prévues dans le projet de loi de Finances 2018, commentées par l'expert comptable, Walid Ben Salah.