Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 26 Juillet 2017

  •   Propos recueillis par Abdelkader Zahar
  • mercredi 11 mars 2015 04:14

De Londres, Taxi-Diali arrive en Algérie et prévoit de s’étendre au Maghreb

Algérie Taxi-Diali''Taxi-Diali'' est plus proche du modèle de ''Easy Taxi'' que celui de ''Uber''.

 

La version algérienne d’Uber, la célèbre plateforme de mise en contact de clients avec des taxieurs, arrive en Algérie. Il s’agit de Taxi-Diali, lancée par Mohamed Amine Hallam, un algérien basé à Londres. Entretien.

Décrivez-nous Taxi-Diali.

Mohamed Amine Hallam : Taxi-Diali est un service qui met en liaison des clients avec des taxieurs. Il permet aux gens d’appeler un taxi. Ce service a été créé il y a environ 9 mois en Algérie. Il n’est pas encore très développé, puisque on commence maintenant tout ce qui est marketing et commercialisation. Il est basé sur une plateforme Web (site) et une application mobile sur iOS (Apple) et Android (Google). Pourquoi un site et une application, parce qu’en ce moment il n’existe pas de service de géolocalisation en Algérie. C’est à dire que si vous êtes à Staoueli et que vous appelez un taxi, ce dernier peut être à Rouiba ou Alger-centre, et qu’il va mettre du temps pour arriver à vous.

L’avantage de Taxi-Diali, c’est que vous allez appeler le taxi qui est le plus proche de l’endroit où vous vous trouvez. C’est à dire qu’avec un smartphone on va pouvoir localiser le taxieur le plus proche pour l’appeler.

Ce genre de services existe déjà dans le monde. Le leader est la société Uber qui existe dans plus pays du monde, mais également Easy Taxi qui présente en Afrique et notamment en Egypte et au Pakistan. Ces deux entreprises se partagent le marché mondial.

 

Un petit mot sur l’entreprise à l’origine de ce service, et sur sa présence aussi au Maroc et en Tunisie, comme le suggère votre site.

Je suis à l’origine de ce projet. Je réside en Angleterre, à Londres. J’ai été aidée, dans la partie technique, par des développeurs et des designers pour le lancement du site et des applications. Il y a aussi des personnes en Algérie qui s’occupent de la partie marketing.

Nous focalisons sur l’Algérie, mais nous voulons progresser vers le Maroc, la Tunisie et même le Sénégal. Il y a un seul concurrent au Maroc. Ailleurs, le marché est vierge.

 

Êtes-vous conventionnés avec taxieurs ?

C’est justement à ce niveau qu’il va falloir faire un peu plus d’effort pour nous faire connaitre. Parce que les gens ne pas forcément au courant de l’existence de l’application. Nous faisons du marketing auprès d’agences de taxi et des réseaux sociaux pour leur faire connaître et leur expliquer le fonctionnement du service Taxi-Diali. C’est gratuit pour le taxieur et l’usager. Il n’y a aucune charge, il faut juste s’inscrire via un smartphone.

 

Mais il doit y avoir un modèle économique derrière ça. Comment envisagez-vous de financer votre entreprise ?

Effectivement, il s’agit d’un business. Mais le problème avec ce genre de services, c’est qu’on ne peut pas faire du business si on n’a pas le marché. Et si on se met dès maintenant à faire payer les gens, on ne va surement pas avoir de marché.

Après, au bout de deux ou trois ans, lorsque les gens apprécieront ce service et l’application qui va avec, et que cela deviendra indispensable pour leur activité quotidienne, on pourra envisager de faire payer les taxieurs. Le business plan dans ce genre de projet est qu’il faudra attendre pas moins de 5 ans pour avoir un retour sur investissement.

 

Vous comptez le modèle de Uber ou celui de Easy Taxi ?

Uber fait appelle à des chauffeurs privés. Nous penchons plus vers le modèle Easy Taxi.

 

Comment a démarré Easy Taxi ?

Pareil, il commence gratuitement, il prend le marché, après il faut que le taxieur prenne un abonnement pour être listé sur le service. C’est ce que nous prévoyons de faire plus tard. A partir du moment où nous ramenons des clients pour le taxieur.

 

Combien de taxieurs comptez vous dans votre service ?

Nous avons commencé notre opération de marketing depuis janvier 2015. Nous comptons environ 125 taxi enregistrés dont 80% proviennent d’Alger et de ses environs comme Blida, Boumerdès et Tipasa. Le reste est dispatché dans plusieurs autres wilayas du pays (Tlemcen, Oran, Constantine et Annaba). On compte beaucoup sur Alger pour bien lancer le service.

 

Avez-vous eu des échos sur les commandes reçues par les 125 taxieurs enregistrés sur Taxi-Diali ?

Les gens se connectent sur notre site ou via notre application pour avoir le numéro de téléphone du taxieur se trouvant dans la région qu’ils souhaitent. Pour l’instant, on a tout laissé libre. On sait que des gens visitent le site, environ une centaine par jour, mais on ne traque pas les visiteurs.

 

Dans la pratique, comment accède-t-on à votre service ?

Si vous accédez à notre service à partir de votre smartphone, via l’application, et une connexion Internet 3G, nous saurons automatiquement où vous êtes. Si vous tapez "taxi Staoueli", vous allez avoir une liste de taxieurs situés dans les environs, et le plus proche apparaitra en premier. Vous pouvez même savoir qu’il est à 500 ou 800 mètres de l’endroit où vous vous trouvez. Le numéro de téléphone du taxieur s’affichera aussi. Vous pouvez aussi lui envoyer un mail, toujours via l’application, pour le réserver à une date ou une heure précise.

Si vous n’avez pas la 3G, ni un smartphone, beaucoup de taxieurs n’ont pas ça aussi, vous pouvez aller sur le site "Taxi-Diali.com", et chercher un taxi selon votre destination. Les numéros de téléphone des taxieurs apparaitront aussi sur le Web, selon la région recherchée.

Nous n’intervenons pas dans le prix de la course. Nous ne faisons que mettre en contact un taxieur avec client qui, au lieu d’attendre une demi heure sous le soleil ou la pluie, il peut commander ce service de transport.

 

Concernant votre application, nous l’avons essayé sur une tablette Android et nous avons constaté des bugs.

On a lancé l’application en septembre 2014. Elle est maintenant compatible avec 8000 modèles de téléphones sur le marché. Nous avons passé beaucoup de temps à tester et à corriger, mais il peut y avoir encore des bugs. D’ailleurs, une nouvelle version de l’application qui sortira aujourd’hui* qui va corriger pas mal de dysfonctionnements. Il faut que les gens testent et nous fassent des retours pour que nous puissions encore corriger d’éventuels bugs.

 

Est-ce que vous avez sollicité des développeurs algériens pour le site ou l’application ?

J’ai sollicité des développeurs marocains. Tout le développement sur fait à Tanger au Maroc.

 

Avez-vous des partenaires en Algérie ?

Nous avons été contactés par l’opérateur mobile Djezzy OTA pour mettre l’application Taxi-Diali sur Djezzy Store. Nous avons eu quelques échanges avec Condor, mais rien de concret pour le moment. Nous sommes ouverts à tout partenariat. C’est un chantier qui avance doucement.

 

L’équipe de Taxi-Diali est composée de combien de personnes ?

Moi, deux développeurs au Maroc, une représentante Marketing et Commercial à Alger, et nous prévoyons de recruter une autre sur Oran. J’ai eu recours, via Internet, à Designer à Tbilissi en république de Géorgie.

 

Vous n’avez pas trouvé des compétences algériennes dans ces domaines ?

C’est vrai que je suis le plus souvent sur des sites anglophones et, là, les algériens sont très peu visibles.

 

 

(*) L’entretien a été réalisé le samedi 7 mars 2015 via Skype.

 

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

5 Commentaires

  • Monsieur
    Nous avons essaye d'utiliser cette application de taxi de TAXI DIALI , mais vraiment elle a aucune utilite car vous demande une seule fois au reseignement le telephone de taxis ou vous trouvez dans le net , vous les memorises dans votre telephone et vous n avez plus besoin de personne .
    Je me deplace bcp entre le continent europeen , Americain et l'Algerie honnetement on ne peu comparer l'application TAXI DIALI a application UBER cela n 'a rien avoir .
    Par contre une autre application dont ont parle enormenent qui s'appelle SITAXI a l air d etre encore mieux que UBER mais elle n est pas active peut etre que c est un leure mais si elle est reelle et lancees cela nous ferai bcp de bien .
    Mais quand meme bonne chance a toute ces initiatives venant du pays.

    Rapporter djaouad vendredi 17 avril 2015 13:31
  • Monsieur
    Nous avons essaye votre application mais cela ne marche pas et allez chercher juste un numero telephone pour chercher un taxi quelle est l utilite on le cherche une fois et on le memorise dans notre telephone et on plus besoin de repoartir dans votre site our sur internet pour rechercher des numero de taxi .
    Par contre nous avons etait tres seduit par une autre application de taxi qui s'appelle SITAXI qui n a rien a avoir avec TAXI DIALI car je pense d une grande facilite et d une grande efficatee selon la presentation sur le site et les differents article dont j ai lu .Cest vrais quelle n est pas encore active amoin que ce n est qu un effet d' annonce car faire une application comme UBER est chose tres difficile et bien couteux je presume et surtout etre un tres bon gestionnaire de projet pour arriver a fire quelque chose qui fonction bien .
    Cela est mon avis amical
    NAJIB

    Rapporter NAJIB jeudi 16 avril 2015 08:22
  • LE SERVICE TAXI DIALI EST TRES CONTAIGNANTE IL FAUT APPELE PAR TELEPHONE LE TAXI DONC PAS INTERSSANTE PAR RAPPORT AU AUTRE APLICATION .
    AUTANT PRENDRE UN ANNUAIRE ET MEMORISE LES NUMERO DE TEL DE TAXIEUR.
    CE SERVICE JE NE VOIE PAS SON UTILITE

    Rapporter JAWAD samedi 21 mars 2015 04:03
  • Merci à ME qui s'efforce de donner de la visibilité à toutes ces initiatives innovantes et dont l'Algérie manque cruellement. Si on veut que notre pays change, c'est dans cette direction qu'il faut aller plutôt que de continuer à commenter ad nauseum tous ces débats politiques stériles.

    Rapporter Ali Boron jeudi 12 mars 2015 01:06
  • Super ! pourvu que ca avance dans le pays, la 3G fait avancer les choses doucement

    Rapporter Amir mercredi 11 mars 2015 15:18
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

« Je suis prêt à parier que les USA subventionnent l’industrie du schiste »-Pr Aktouf (audio)

L’industrie du pétrole et du gaz de schiste aux USA se concentre sur les puits les plus rentables. « Or, les plus rentables, c’est  8% d’espérance de gain de rentabilité par puits alors que le conventionnel est à 30% et plus », explique le Pr- Omar Aktouf.

Algérie : Haddad s’explique par le chiffre et la lettre

    Selon lui, les accusations dont l’ETRHB fait l’objet seraient pour la plupart infondées.

62% des Algériens n’ont pas d’eau 24 heures sur 24 (ADE)

  Le problème se pose dans des villes qui souffrent de l’insuffisance de la ressource,  des installations ou des deux.