Algérie : Arrestation de prostituées qui utilisent la couverture de masseuses

Des cas de plus en plus fréquents dans les grandes villes

Prostitution en Algérie

Malgré les différents combats menés contre la prostitution, cette dernière demeure toujours existante dans la société. Récemment, les autorités algériennes ont procédé à l’arrestation d’un réseau de prostitution. Cet article vous raconte tous les détails à ce sujet.

Un réseau qui se cache derrière un centre de massage

Le réseau constitué de femmes et d’hommes utilisait un centre de bien-être pour cacher des pratiques douteuses. En effet, contrairement à ce que l’on espérait, ces individus ne pratiquaient pas des massages. En tout cas, pas simplement !

La descente de la police sur le lieu susmentionné l’a permis de raser tout un réseau. Les services de sécurité ont capturé 10 individus. Ces derniers se servent de l’endroit pour s’adonner à la débauche. Leurs fonds de commerce sont principalement de la prostitution.

Prostitution en Algérie

D’autres activités découvertes

Durant la perquisition, les éléments de la police ont saisi un billet de 2000 dinars avec des traces de poudre blanche qui font penser à la cocaïne. Ils ont, par ailleurs, confisqué de la résine de cannabis et 68 psychotropes.

Lors de la fouille, les services de sécurité sont tombés sur 16 pilules contraceptives et 13 préservatifs. Ajouter à cela, les 10 mis en cause détenaient plus de 16 millions de centimes. Le parquet compétent a pris en charge le dossier après leur arrestation.

Prostitution : un danger qui menace l’Algérie

En Algérie, le fléau de la prostitution continue son cours. Bien qu’elle existe depuis plusieurs années, la situation s’empire davantage de nos jours. En effet, ce phénomène entraine souvent diverses autres crimes.

Avec le temps, la prostitution s’est nichée sous les ponts ou dans les rues de grandes villes. Elle s’ajoute toujours à un crime organisé et à la mendicité. Aussi, elle se pratique dans les hôtels luxueux.

➡️ A lire aussi :  Riyad Mahrez attaqué par les Algériens - "Il ne faut pas exagérer"