Baisse de contaminations COVID : bientôt le retour à la vie normale pour les algériens ?

Où en est le pays face à la pandémie ?

En Algérie, le Ministre de la Santé s’est félicité quant à la stabilisation de la situation épidémiologique dans le pays. Une circonstance qui se progresse davantage. Peut-on alors espérer un retour à la normale d’ici la semaine prochaine ?

Une courbe descendante

Ces derniers temps, les nouvelles contaminations en Algérie suivent une tendance baissière. Plus encore, certaines wilayas n’ont enregistré aucun cas positif au cours des deux derniers jours. Tandis que d’autres localités n’ont annoncé que 10 cas pendant les dernières 48 heures.

En tout cas, la baisse se confirme. La plupart des nouveaux cas enregistrés sont d’ailleurs liés aux personnes non vaccinées. Pour rappel, on remarque un faible taux de vaccination dans le pays. Ce qui mérite donc toute une attention particulière.

En dépit de cela, certains professionnels de santé demeurent sceptiques et réclament davantage de vigilance.

À noter que depuis le début de la pandémie, l’État a pris plusieurs mesures qui ont paralysé certains secteurs, à savoir celui de l’enseignement.

Algérie

Une vie proche de la normale ?

D’une part, après la série de gel, les élèves et les étudiants s’apprêtent à retourner aux bancs le 6 février. D’un autre côté, d’autres secteurs restent tout de même suspendus suite à un décret gouvernemental.

Certains d’entre eux ont déjà été stoppés depuis le début de la crise sanitaire en 2022. Cela concerne en particulier les manifestations scientifiques, sportives et cultures. Mais il s’agit aussi des salles de réception et des hammams.

Mais une décision pourra être prise bientôt concernant la réouverture de ces derniers à partir de la semaine prochaine. Toutefois, ce retour à la normale sera marqué par les mesures sanitaires générales comme le port de marque et la distanciation sociale.

Le Professeur Nadir Boussouf a même indiqué que cette semaine sera catégorique. Le Dr Khelifi quant à lui a annoncé que si le nombre de contaminations continue de baisser, le mois de mars s’annoncera plutôt bien pour le pays et les citoyens.