Carburants : Vers la suppression en Algérie de l’essence super avec plomb

Carburants Vers la suppression en Algérie de l’essence super avec plomb

Selon les déclarations du Président du Comité de Direction de l’Agence de Régulation des Hydrocarbures (ARH), Rachid Nadil, l’essence super avec plomb ne pourrait plus être commercialisée à compter du mois d’octobre de l’année en cours.

Les précisions du Président de l’ARH sur cette suppression:

interviewé par la chaîne algérienne El Bilad, le président de l’agence de Régulation des Hydrocarbures, Rachid Nadil, a fait savoir que l’Algérie a entamé le processus de suppression de l’essence super avec plomb.

En effet, prévu pour le début de l’année en cours, l’arrivée de la pandémie de Covid-19 a mis un frein au projet. Cette dernière a frappé le secteur des hydrocarbures de plein fouet, provoquant, ainsi, l’effondrement spectaculaire de la consommation de carburants dans notre pays.

Apportant plus de précisions au sujet du processus, le président de l’ARH a indiqué que l’équipe chargée de cette opération, surveille de près le volume d’essence super avec plomb présent dans les réservoirs du pays et compte sur la purge de ces réservoirs dans l’intention d’appliquer la décision relative à l’arrêt de la vente de ce type de carburants.

Compte tenu de la crise sanitaire, les cuves de stockage ont enregistré un retard conséquent dans le processus de purge. Néanmoins, les spécialistes de la société nationale de commercialisation et de distribution de produits pétroliers, Naftal, ont estimé que le contenu s’épuisera d’ici la fin de l’année 2021.

De surcroît, le Président de l’Agence de Régulation des Hydrocarbures (ARH) a affirmé que sur l’ensemble des stations-service établies sur le territoire, l’essence super avec plomb ne sera plus commercialisée à compter du mois d’octobre de cette année.

Les enjeux de la suppression prochaine de l’essence super avec plomb:

Par ailleurs, cette décision prise par l’Agence de Régulation des Hydrocarbures (ARH) est principalement motivée par deux enjeux stratégiques: économiques et écologiques.

Sur le plan économique, cette initiative permettra d’exempter le pays de la charge relative à l’importation de l’essence super sans plomb depuis l’étranger. Les conducteurs algériens se contenteront d’une autre alternative, qui est celle de l’essence sans plomb produite localement par la société pétrolière nationale, Sonatrach.

A ce propos, Rachid Nadil a informé que la production de Sonatrach d’essence sans plomb est d’une capacité de quatre millions de tonnes. Ce chiffre, selon la même source, répond amplement à la demande de la population, qui varie entre 3.7 et 3.8 millions de tonnes.

Sur le plan écologique, l’essence avec plomb, selon les experts, peut engendrer des conséquences désastreuses pour l’environnement. Ce type de carburants non traités, contient des particules de métaux lourds qui sont rejetés dans l’environnement par le biais des fumées évacuées au niveau des pots catalytiques.

Written by Melissa . C

Fraîchement diplômée en sciences de la communication et des médias, c'est la voie de la rédaction web et du journalisme qu'a choisi Melissa pour sa carrière. Elle a opté pour la rédaction des articles d'actualité algérienne et internationale.