Cette caricature sur l’islam fait scandale au Canada

Cette caricature sur l'islam fait scandale au Canada

Dans une publication sur son site web, l’Acadie Nouvelle a suscité la polémique en postant une caricature jugée islamophobe.

Le quotidien canadien de langue française est une institution très réputée dans le Nouveau-Brunswick. Faisant partie de la vie quotidienne des habitants de l’Acadie, ce “petit État dans l’État”, ce journal touche hebdomadairement près de 71 000 lecteurs et son site est parcouru par des centaines de milliers d’internautes.

Cette caricature sur l'islam fait scandale au Canada

Pas étonnant donc, que le scandale causé par l’édition du quotidien fasse rapidement le tour de la toile. En effet, dans une photo publié par l’édition, on y voit la caricature d’un homme vêtu d’un boubou et d’un turban, arme à feu à la main, traînant par une laisse une femme voilée à quatre pattes. À côté de lui, un homme des cavernes massue à la main, traînant, lui aussi un homme, avec comme commentaire “Où est l’évolution”.

La réaction de la communauté musulmane ne s’est pas fait attendre, la représentation de l’Acadie Nouvelle a essuyé de nombreuses critiques. Des militants anti-islamophobie ont manifesté leur tristesse et dénoncé le caractère discriminatoire de cette représentation.

Cette caricature sur l'islam fait scandale au Canada

Pour la plupart, c’est toute la communauté musulmane qu’on vient de condamner et de réduire à l’état d’homme de caverne, sans parler de la place dégradante de la femme que l’image met en scène.

Francis Sonier, patron du journal, a essayé de défendre la publication en précisant que cette dernière était uniquement à l’égard de la situation actuelle en Afghanistan et de la politique menée par les Talibans qui sont depuis quelques mois au pouvoir.

➡️ A lire aussi :  Exportation du gaz Algérien vers la France : qu'en est-il après la visite de Macron ?

Cette caricature sur l'islam fait scandale au Canada

Bien que la situation de la femme en Afghanistan soit, en effet, préoccupante, la représentation a été jugée très appauvrie de contexte, car celle-ci devait, selon le même président, accompagner un article qui traitait ce sujet.

Toutefois, l’article n’étant plus disponible et la comparaison très acerbe, le journal a pris la décision de supprimer la photo.