Combien gagne l’Algérie grâce au pétrole et au gaz ?

Découvrez les chiffres exacts !

Combien gagne l'Algérie grâce au pétrole et au gaz

La richesse en hydrocarbure est évidente pour l’Algérie. C’est un constat que nul ne peut nier. Et pour cette année, les chiffres de la recette en matière d’exportation d’hydrocarbure promettent d’être grandiose. Découvrez dans cet article les chiffres exacts !

Exportation en hydrocarbure, une ascension des chiffres

Une grande première depuis quelques années. C’est ce qu’on pourrait dire de la recette des exportations algériennes en hydrocarbure.

En effet, l’Algérie rencontre une croissance positive de ses recettes en matière d’exportation d’hydrocarbure pour cette année 2022. Une recette d’exportation estimée à 50 milliards de dollars selon le site d’information TSA et sur la base des prévisions macroéconomiques du Fond Monétaire International.

Ce propos a été étalé par M. Hakkar, le PDG du Groupe Sonatrach. Autrement dit, il s’agit d’une hausse de 75 % du volume en exportation d’hydrocarbure par rapport à l’année 2021. En effet, le gain empoché en 2021 tablait autour de 35,4 milliards de dollars.

Concernant le marché gazier, une augmentation nette de 54% a été constatée en 2021 à travers les gazoducs et une croissance en volume d’exportation de 13% pour les gaz obtenus par processus de liquéfaction.

Cette appréciation du gaz algérien est la résultante de la conjoncture favorable du marché gazier pour les Algériens vis-à-vis de la guerre en Ukraine. Par ailleurs, Sahara Blend a connu une augmentation de 68% des cours de l’or noir en 2022.

Situation économique de l’hydrocarbure algérienne

L’Algérie semble être dans l’aubaine de la croissance vis-à-vis de la guerre en Ukraine et de la flambée des prix de l’hydrocarbure, une situation économique qui fragilise l’économie des autres pays importateurs.

➡️ A lire aussi :  Portrait de Malik Rebrab, le nouveau PDG de Cevital - Biographie, Âge, parcours...

En effet, l’exportation en matière d’hydrocarbure prend une remontée sans précédent suite à la sanction de la Russie à l’égard des pays importateurs. Et l’exportation algérienne n’en fait pas une exception. Par conséquent, le territoire algérien semble profiter de cette situation fragilisant à son avantage.

Toufik Hakkar, le PDG du Groupe Sonatrach, souligne que des projets d’investissement sont en cours de réalisation afin de produire 20 millions de TEP/an. Cette production est la résultante d’une somme de 7 milliards de dollars introduite sur le marché des hydrocarbures afin de soutenir de nombreux projets.

Outre la valorisation des ressources locales, M. Hakkar a également souligné le développement du raffinage et de la pétrochimie grâce à l’attraction de nouveaux partenaires.