Contestation sur le régime fiscal régissant les professions libérales en Algérie

Un mouvement commun se prépare…

Profession libérale

Le régime fiscal de la loi de finances 2022 régissant sur les professions libérales fait polémique. Mis à part les avocats, d’autres organisations qui réunissent les professionnels libéraux ont aussi rejeté les nouvelles dispositions mises en place.

Nouveau régime fiscal rejeté par les représentants

Lors d’une réunion qui s’est déroulée samedi dernier dans la wilaya de Tipasa, les représentants de professions libérales ont demandé le gel sans condition du nouveau régime fiscal proposé par l’État.

Dans une déclaration rendue publique, ils ont rejeté le barème de l’impôt sur le revenu global. Ils ont aussi appelé à l’ouverture d’un échange avec les représentants des professionnels libéraux en insistant qu’ils doivent être associés dans la composition de la loi de finances.

En outre, ils ont milité à la mise en place d’un système officiel et permanent qui rassemble toutes les professions libérales en vue de les défendre et rassembler leurs efforts.

Ils appellent à un mouvement commun

Les représentants des professionnels libéraux ont qualifié ces nouvelles dispositions d’arbitraires, injustes et abusives en ajoutant qu’elles impacteraient lourdement leurs activités.

Ils invitent alors les autorités concernées à étudier d’autres mesures plus équitables qui prennent en compte les particularités de leurs professions.

À savoir que selon le nouveau barème, leur taxe forfaitaire passe de 12 % à 35 %. Une disposition qui a grandement suscité la colère de ces professionnels.

Avocats

À rappeler que les avocats se sont déjà soulevés contre ces dispositions. Pour cela, ils ont entamé un mouvement de contestation depuis le mois d’octobre 2022 en vue de réclamer l’annulation de cette mesure.

➡️ A lire aussi :  Le marcheur Mehdi qui parcourt Paris-Alger à pied atteindra bientôt sa destination finale ?

Et comme l’union fait la force, les représentants des médecins libéraux ont lancé un appel aux autres syndicats des professions libérales pour réaliser un mouvement commun.

À noter que parmi les participants à cette réunion, une dizaine d’organisations sont présentes dont le président de la Chambre des notaires, celui de l’Association des conseillers fiscaux ainsi que le vice-président du Conseil national des architectes urbanistes.