Cours des principales devises étrangères en ce dimanche 14 mars 2021

Cours des principales devises étrangères en ce dimanche 14 mars 2021

Le plateau stable mais particulièrement haut des différents taux de change des monnaies étrangères face au Dinar persiste pour la deuxième semaine consécutive. C’est ce que nous allons voir plus précisément en se penchant de plus près à la valeur des devises les plus demandées sur le marché parallèle en en Banque Centrale d’Alger, à l’achat comme à la vente.

En premier, la monnaie unique européenne tourne toujours autour des mêmes chiffres. En effet, l’Euro s’échange contre 209 DA pour l’achat et 211 concernant la vente sur le square mais redescend un peu à 159 DA à la Banque d’Algérie.

Deuxième monnaie plus prisée sur le marché algérien, le Dollar Américain fait dans les 173 DA à l’achat contre 175 à la vente et connaît une légère baisse, lui aussi, en cours officiel qui le cote à 133 DA.

Autre monnaie en forte cote depuis le début de l’année, la Livre Sterling se maintient bien juste en dessous de son record enregistré il y’a 10 jours, à hauteur de 236 DA le pound à l’achat contre 239 à la vente. Le Dollar Canadien, lui aussi, n’abdique pas et s’accroche aux 130 DA à l’achat, cinq points de plus à la vente, à savoir 135 DA.

Comme vous le voyez, le Dinar Algérien continue de s’affaiblir et subir la forte ascension des devises étrangères semaine après semaine au grand dam de nos autorités économiques poussées à réagir. Ainsi, c’est la plus haute instance d’entre elles qui est sortie de son trou, par le biais d’Aymen Benabderrahmane, ministre des finances, qui a tenu à rassurer à ce sujet.

Promesses de hausse du Dinar à horizon 2022

La dévalorisation de la monnaie nationale demeure inéluctable et préoccupe de plus en plus, Aymen Benabderrahmane en premier. En effet, dans une déclaration publique tenue, hier samedi 13 mars, le premier argentier du pays a commencé son intervention par rappeler qu’une monnaie n’est autre que la vitrine de toute économie nationale. Ce qui en dit long sur cette dévaluation monétaire, et non un effondrement selon l’orateur, du dinar compte tenu des données économiques actuelles du pays. Cela n’est pas sans rassurer le ministre qui n’y va pas de main morte quant à promettre que « Le dinar deviendra plus fort d’ici la fin de l’année » à travers plusieurs projets entrepris par le gouvernement algérien et destinés à redorer le blason de notre monnaie.

Dans le même sillage, un expert en économie-finance préconise des conditions indiquant la capacité du dinar à se relever ou pas face aux différentes devises étrangères.

Facteurs d’une éventuelle hausse du Dinar à venir

Dans un entretien accordé au média arabophone Algérie Maintenant, un économiste indique, avec intransigeance, que ce serait absurde de parler de rétablissement du dinar et d’un quelconque redressement sans ces quatre indicateurs :

Un taux de croissance supérieur à 4%, très loin de notre taux national qui continue de se débattre dans les valeurs négatives, autrement dit en dessous de zéro.

Un niveau de croissance économique beaucoup plus élevé que le nôtre actuellement où certaines grandes entreprises nationales peinent même à recouvrir leurs dettes.

Une inflation maîtrisée. Chose loin d’être acquise puisqu’elle devient de plus en plus encombrante pour bon nombre de citoyens algériens ces dernières semaines.

Un niveau de productivité de l’économie nationale suffisant qui reste, pour notre part, un peu trop dépendant, selon l’orateur, aux prix des hydrocarbures, celui du pétrole en particulier.

L’interlocuteur d’Algérie Maintenant conclut en soulignant et insistant que la loi sur la monnaie et le crédit doit être reconsidérée.

Cotations du taux de change du dinar algérien (DZD) selon les chiffres du marché officiel et du marché informel au 14/03/2021 à 12h00 :

Devise Banque centrale d’Alger Marché parallèle
Achat Vente
Euro 159 209 211
Dollar US 133 173 175
Livre Sterling 186 236 239
Dollar Canadien 106 130 135

Written by B. Aghilès

Diplômé en langue Française , c'est la voie de la rédaction web et du journalisme qu'a choisi Aghilès pour sa carrière. Il a opté pour les thématiques suivantes : finance, économie et devise.