Découvrez les taux d’intérêt fixés par la Banque d’ Algérie pour tous les types de crédits

Banque d'Algérie

Comme à l’accoutumée et conformément à l’instruction n°08-2016 du 1er septembre 2016, la Banque d’Algérie vient de déterminer les seuils taux d’intérêt pour les divers crédits qui prendront effet à partir du 2nd semestre 2022.

Les différents taux d’intérêt

Ainsi, conformément à l’article 13 de cette même instruction, qui stipule que «la Banque d’Algérie procède, au cours du dernier mois de chaque semestre, au calcul des taux d’intérêts effectifs moyens des différentes catégories de concours et des seuils d’intérêts excessifs applicables pour le semestre suivant », voici donc les taux d’intérêt fixés par la Banque pour chaque catégorie de concours.

Pour les découverts, le taux d’intérêt excessif octroyé par la Banque sera de 8,67%.
Concernant les crédits, le taux d’intérêt du crédit à la consommation a été fixé à 10,72%. Celui du crédit à court terme est de 8,41% tandis que celui à moyen terme de 7,73%. Quant au crédit à long terme, le taux défini est de 7,65%. 7,55% représente le taux d’intérêt du crédit de financement de l’habitat. Enfin, la Banque d’Algérie a fixé à 12,03% celui de la catégorie leasing.

Taux banque d'Algérie

Amoindrissement des taux

En comparaison aux taux fixés et appliqués au 1er semestre de cette année, une baisse du plafond des taux d’intérêt a été constatée, à l’instar du taux de crédit à moyen terme qui passe de 8,26% à 7,73% et celui du leasing allant de 13,03% à 12,03%.

La réduction du plafond avait déjà été préalablement annoncée par la Banque d’Algérie dans l’instruction n°10-2021 du 21 novembre de la même année, qui vient donc modifier et compléter l’instruction n°08-2016 du 1er septembre 2016.

➡️ A lire aussi :  Portrait de Malik Rebrab, le nouveau PDG de Cevital - Biographie, Âge, parcours...

L’article 2 de ladite instruction stipule donc « Constitue un crédit à taux d’intérêt excessif, tout concours consenti à un taux d’intérêt effectif global qui excède, au moment où il est consenti, de plus d’un dixième (10%) contre plus d’un cinquième (soit 20%) initialement le taux effectif moyen pratiqué au cours du semestre précédent par les banques et établissements financiers pour des opérations de même nature ».