Filière blé et orge en Algérie – Initiative de relance par l’Etat

Filière blé et orge en Algérie - Initiative de relance par l'Etat

Les céréales font partie des produits agricoles les plus consommés au monde, y compris par la population algérienne. Cependant, suite à des évènements majeurs qui ont déclenché des crises humanitaires, sanitaires et économiques ; la production de blé et de l’orge rencontre des difficultés.

Pour y remédier, l’Etat algérien met en œuvre des mesures de rétablissement. Nous vous divulguerons ce propos à travers cet article !

Hausse de prix du blé et de l’orge établie par l’Etat

L’Algérie, en vue de cette forte consommation en céréales, a été obligée de procéder à une importation. Mais face aux crises mondiales successives durant ces dernières années, cette solution ne semble plus adaptable. D’ailleurs, cela ne fait que s’accentuer avec la guerre qui oppose la Russie et l’Ukraine.

L’Etat a établi des mesures afin de pallier ce problème, il a haussé le prix d’achat du blé et de l’orge afin d’encourager les agriculteurs à en produire davantage.

Projet de vente de blé et de l’orge auprès de l’OAIC

Constatant que l’initiative susmentionnée n’a pas porté ses fruits, le gouvernement algérien, par le biais de la loi de finance complémentaire ou LFC 2022, invite les agriculteurs à vendre leurs céréales à l’OAIC ou Office algérien interprofessionnel des céréales.

➡️ A lire aussi :  Compétition arabe de natation - Bilan final pour l'Algérie

ble

Le conseil des ministres met en place l’article 30 du projet de Loi de finances complémentaires pour 2022. Cet article souligne le fait que tout agriculteur pratiquant la céréaliculture et bénéficiant de l’aide de l’Etat, que ce soit en amont ou en aval ; et qu’importe sa forme ou sa nature, était tenu par l’obligation de céder sa production de blé et d’orge à l’OAIC.

Cette mesure s’avère insatisfaisante jusque-là car une part des céréales vendue à l’OAIC ne demeure pas en Algérie mais se fait exporter dans d’autres pays.