Indignés, les parent d’élèves s’adressent directement au Président de la République pour résoudre ce problème

Une situation aux lourdes conséquences sur les élèves et les parents

Alors que l’école n’a pas encore repris, plusieurs parents sont énervés à cause d’une situation qui pourrait selon eux, compromettre l’avenir de leurs enfants. Pour cette raison, ils décident de s’adresser directement au Président de la République de l’Algérie.

Certains élèves privés de leurs bulletins scolaires

L’organisation des parents d’élèves en Algérie accuse la privation des bulletins de notes du premier trimestre aux élèves. Notamment c’est ce qu’a indiqué une déclaration publiée le 1er février 2022.

En effet, les enseignants attachés au Cnapeste refusent jusqu’à maintenant de livrer les notes de leurs élèves. Bien que l’organisation n’ait pas précisé le nombre d’établissements concernés par ce problème, elle dénonce l’incapacité du département de l’éducation à régler ce problème.

Selon eux, cette situation risquerait d’avoir de gros impacts sur l’avenir des élèves.

Elèves en Algérie

Quel impact ?

Concernant le mouvement de protestation des enseignants, les parents estiment que le ministère chargé de cette affaire doit envisager un échange sérieux avec les représentants.

Ce dialogue devrait avoir une fréquence cadencée avec une vraie volonté de résoudre les problèmes et éviter toute tension qui peut impliquer l’arrêt des cours.

Les parents estiment la prise en otage de l’avenir des élèves dans une affaire qui ne leur concerne guère. D’autant plus que le bon déroulement des cours est déjà perturbé par la pandémie du Covid-19.

Elèves en Algérie

Selon eux, cela affectera également le moral des parents qui ne peuvent pas accéder aux notes et aux appréciations de leurs enfants et ne pourront pas revoir leurs erreurs.

Pour trancher cette situation, l’organisation des parents s’est adressée au Président de la République. Ils demandent son intervention afin que les élèves puissent accéder à leurs bulletins de notes avant d’entamer les examens du second trimestre.