La jeune adolescente algérienne tuée par balle à Montréal – Le présumé assassin arrêté.

meriem-boundaoui-montreal-meurtre

Lundi 27 juin, dans la matinée, la presse canadienne a annoncé que le présumé assassin de Meriem Boundaoui, la jeune adolescente algérienne de 15 ans, fut arrêté par les forces de l’ordre. Les autorités au Canada enquêtent toujours sur les complices du jeune homme dans cette affaire.

L’affaire remonte au 7 février 2021

L’histoire se déroule le 7 février 2021. Ce matin-là, Meriem Boundaoui est tuée par balle dans son quartier à Montréal, dans l’arrondissement de Saint-Léonard.

D’origine algérienne, elle a grandi dans la daïra de Seddouk, dans la partie sud de la wilaya de Béjaïa. Meriem Boundaoui et sa sœur vivaient au Canada depuis 2019.Elle n’avait que 15 ans, la jeune Meriem est abattue avec une balle dans la tête devant chez elle. La raison, elle était dans la ligne de mire de gangs rivaux.

En effet, la jeune algérienne était assise sur un banc du quartier avec son ami. Et deux personnes en cagoule débarquent sur les lieux pour ouvrir le feu sur quatre individus qui étaient près de la victime. Puis, ils prennent la fuite sans laisser l’ombre d’une poursuite.

D’après les enquêteurs, Meriem Boundaoui était une victime collatérale, elle n’était pas le cible des tireurs. La mort tragique de la jeune Algérienne a marqué les esprits en Algérie et au Canada.

Le présumé meurtrier est fiché par la police

Après 16 mois d’enquêtes, la police a arrêté le présumé auteur de ce crime odieux. L’assassin présumé de la jeune Meriem, a tout juste 26 ans, et se nomme Salim Touaibi. Les services de police de Montréal connaissent déjà le jeune homme.

C’est un multirécidiviste, car il était déjà accusé de cet assassinat, alors qu’il purgeait déjà une peine à l’Établissement Rivière-des-Prairies, pour une détention d’arme à feu.

Le commandant de la police locale, Salvatore Serrao, a déclaré lundi dans l’après-midi que : l’arrestation de Salim Toauibi n’est qu’une étape de l’enquête, car les témoins affirment qu’il n’était pas seul le jour de l’assassinat. Mais il réaffirme que la jeune Meriem Boundaoui n’était pas la cible des deux tireurs. Elle se trouvait juste au mauvais endroit lors du drame.