Kamel Bouakkaz accusent les producteurs d’être des « escrocs agréés par l’État »

Voici son entrevue avec « La Liberté »

Kamel Bouakkaz s’est lâché lors d’une entrevue pour dévoiler les lourds secrets sur les producteurs TV algériens. Cet article vous apporte tous les détails intéressants sur cette polémique.

Les révélations de Bouakkaz 

Kamel Bouakkaz, le comédien algérien a dénoncé la situation compliquée à laquelle vit l’artiste algérien. D’après lui, ce dernier a « fait face aux obstacles tout au long de l’année, sans même parler de la crise sanitaire ».

Aussi, étant donné qu’ « il n’y a pas une politique de distribution » dans le théâtre, il est évident que l’on rencontre souvent des « problèmes liés au travail et aux déplacements ». Il a d’ailleurs souligné le souci par rapport aux productions audiovisuelles durant son entretien.

En clair, le comédien pense que « la majorité les producteurs ne paient plus les gens ». Il a ajouté que ces professionnels « (…) sont devenus des escrocs agréés par l’État ».

Malheureusement, il est plus simple « de monter une boite de com, faire appel à des comédiens, et à la fin la moitié est payée et l’autre non » et « c’est l’artiste » qui paie les prix.

« Pour le moment, je dis non »

Kamel a continué sur sa lancée en dévoilant que : « Je ne suis pas bien moralement, je ne suis pas bien dans ma tête. Je ne peux pas travailler, indirectement je commence à en avoir marre » malgré les multitudes d’opportunités qui se présentent.

Enfin, il a terminé en disant qu’il « est contre le fait que l’artiste algérien ne travaille que durant le mois de ramadan ». Il explique : « Au chômage tout le long de l’année, et quand il reste deux mois pour le ramadan, on l’appelle pour faire des tournages »