La FIFA exige à la JSK des frais financiers pour le salaire impayé de son ancien joueur

La FIFA exige à la JSK des frais financiers pour le salaire impayé de son ancien joueur

La Jeunesse sportive de Kabylie connaît désormais le verdict de la FIFA. Leur institution a été saisie par l’ancien joueur des canaris du Djurdjura, pour ses salaires impayés durant son court passage dans le club.

Une décision qui risque de mettre à mal la JSK. En effet, le club le plus titré d’Algérie devra payer le salaire correspondant à la période effectuée par le joueur, en son sein. Car même si celui-ci n’est pas allé jusqu’au bout de son contrat, le motif de la rupture est bel et bien justifié. Voici à quoi le club doit faire face.

Salaire impayé, La JSK doit passer à la caisse pour ce joueur

C’est pendant le mercato estival 2021 que la JSK avait fait appel à l’attaquant éthiopien pour renforcer ses rangs. En effet, le 31 juillet 2012, Mujib Kassim Hamza, rejoint l’ogre algérien pour un contrat de trois ans.

Mujib Kassim Hamza

Cependant, le joueur de 25 ans n’a jamais su s’adapter complètement au club, lui qui, durant la saison passée avait marqué 20 buts et avait fini champion d’Ethiopie. Un mariage très difficile qui ne lui a valu que 3 apparitions officielles avec les jaunes et les bleus.


L’attaquant a pris la décision de quitter le club pendant la trêve internationale pour la CAN 2021. Si les motifs de son départ ne sont pas très clairs, ses salaires impayés en font sans doute partie.

Le club de Kabylie n’a pas respecté sa part du contrat en accusant l’attaquant de plusieurs mois non honorés. C’est d’ailleurs à la lumière de ces événements que la FIFA a statué sur le remboursement du montant équivalent à la période effectuée par le joueur. Soit cinq mois d’impayés, allant du mois d’août à décembre 2021.

➡️ A lire aussi :  Foot : Vers la fin de carrière définitive de Slimani ?

À noter que le contrat de l’attaquant prévoyait un salaire brut de 166 millions de centimes.

Les investisseurs émigrés pourron...
Les investisseurs émigrés pourront "officiellement" transférer leur argent à l'étranger