L’Algérie et la Russie renforcent leur relation dans le domaine de l’industrie

L’Algérie et la Russie renforcent leur relation dans le domaine de l’industrie

Ahmed Zeghdar, le ministre de l’Industrie, a reçu récemment Valérian Shuvaev, l’ambassadeur de la Russie en Algérie, pour discuter des relations économiques et industrielles entre les deux nations et de la manière de les renforcer. L’Algérie serait aussi sous une influence soviétique grandissante depuis que la Russie s’est établie en Méditerranée.

L’industrialisation est la clé du développement économique de l’Algérie

La Russie entretient des relations privilégiées avec l’Algérie depuis la guerre de la Libération nationale en 1956. Le ministre algérien a proposé dernièrement des opportunités pour qu’un partenariat bilatéral fructueux puisse se construire entre les deux pays. Notamment dans les industries mécaniques, la sidérurgie, le machinisme agricole, le développement des équipements agricoles, et bien d’autres.

un producteur de poids lourds en Russie a aussi souhaité travailler avec l’Algérie

Un nouveau système juridique a également été évoqué, il avantagerait considérablement les investisseurs locaux et étrangers. Des sociétés russes avaient déjà l’intention d’investir en Algérie, depuis 2017, dans l’industrie ferroviaire.

Plus tard, un producteur de poids lourds en Russie a aussi souhaité travailler avec l’Algérie, tout comme l’entreprise russe Rostselmash qui produit des moissonneuses batteuses.

La position de la Russie concernant sa coopération avec l’Algérie

L’ambassadeur de la Russie a alors confié qu’actuellement, de nombreuses entreprises russes seraient prêtes à investir en Algérie dans différents secteurs. Cette rencontre sera alors suivie de différents échanges afin de concrétiser ces accords de partenariats.

Les investissements directs étrangers ou IDE permettront par ailleurs de créer des emplois et de partager différentes technologies et expertises enrichissantes. L’Algérie quant à elle souhaite surtout développer le secteur énergétique qui serait, pour elle, une des solutions pour le développement durable.

➡️ A lire aussi :  JSK-RCA : la JS Kabylie est-elle prête à relever le défi aujourd'hui ?