L’année scolaire en danger : quelles solutions pour rattraper les retards ?

2 solutions sont envisagées…

Ecole Algérie

La fermeture des écoles et le gel des cours pour combattre la propagation du Covid-19 ont perturbé la scolarité en Algérie. Peut-on rattraper les retards entraînés dans les programmes ? Points de vue mitigés chez les syndicats de l’éducation nationale.

Les syndicats proposent deux solutions

Le gel des cours à cause de la propagation du coronavirus risque de peser fort sur l’avancement des programmes scolaires. Les syndicats du secteur qui veulent contribuer à sauver l’année scolaire ont proposé les mesures envisageables sur les cours et les examens divers.

Ces solutions de sauvetage devront être communiquées constamment au ministre de l’Éducation.

Face à cela, le président du syndicat national des travailleurs de l’éducation, Boualem Amora, recommande l’importance de reprendre le travail via le système du seuil afin de déterminer les cours relatifs aux examens, et ce, pour faire front au grand retard.

Selon lui, les rattrapages seront difficiles.

À cet égard, les inspecteurs suggèrent soit de terminer l’année scolaire avec deux trimestres, soit de garder les trois trimestres tout en maintenant la particularité de la conjoncture sanitaire.

Ecole Algérie

Comment venir à bout de l’année scolaire ?

Terminer l’année avec deux trimestres est le premier cas de figure. Les inspecteurs suggèrent cela dans le cas où la situation épidémiologique fait une rechute.

Pour cela, la première semaine de vacances printanières devra être consacrée à des cours de rattrapage pour les élèves qui devront passer les examens du BAC et du BEM. Cette mesure devra leur permettre aussi de suivre plus de cours et de passer aux évaluations, puis aux examens.

➡️ A lire aussi :  Indice de développement Humain : la place de l’Algérie dans le monde veut dire beaucoup !

Le second cas de figure est le maintien des trois trimestres en rétablissant des équilibres dans les équipes pédagogiques. Selon les intervenants, cette solution devra permettre aux dirigeants des établissements scolaires d’employer le protocole sanitaire.

La première semaine des vacances printanières devra être exploitée pour organiser les examens du deuxième trimestre.

Enfin, pour terminer cette année scolaire dans les circonstances actuelles, les syndicats proposent d’attribuer un budget additionnel aux établissements scolaires pour leur permettre d’avoir les moyens de prévention nécessaires pour combattre la propagation du virus.