Le gouvernement algérien trouve enfin une solution à la crise automobile !

Le gouvernement algérien trouve enfin une solution à la crise automobile

Le gouvernement algérien dans son ambition de débloquer la crise sur l’automobile, annonce l’ouverture d’une société publique de montage de voitures. Elle sera également chargée de la commercialisation de ses véhicules dans un second temps. Qu’en est-il vraiment et quels sont les objectifs visés par le gouvernement ?

La création d’un site de montage de voiture

L’état Algérien décide de lancer sa propre société de montage automobile, une grande nouvelle pour le pays. Cette création a été décidée par le gouvernement car il veut rendre le secteur plus profitable au pays.

Dans cette même lancée il veut débloquer le secteur qui continue à subir les gels d’importations depuis 2017. Jusque-là aucun agrément n’a été délivré pour l’importation de véhicules et les négociations continuent avec les concessionnaires sur la question.

le gouvernement algérien veut débloquer le gel de l’importation de véhicules

Un secteur qui est encore très sensible

L’Algérie a déjà sur son territoire des sites de montage, ce sont pour la plupart des sociétés étrangères. Toutefois, l’État veut relancer le secteur plus rapidement et en avoir un meilleur contrôle. Une branche qui a été durant plusieurs années dans la corruption et les malversations.

Il est à rappeler que certains propriétaires ont fait l’objet de saisie et que leurs activités ont été suspendues jusqu’à nouvel ordre. Cette confiscation concerne 14 établissements dans tout le pays, leurs biens feront l’objet d’enchères publiques à cet effet.

Une fusion du secteur automobile

L’état, pour lancer la société d’entreprise, va en regrouper une quarantaine. Elles seront ensemble chargées de la production à l’assemblage, jusqu’à la vente des véhicules. Cette fusion permettra de mieux centrer les décisions et de favoriser la transparence.

➡️ A lire aussi :  Gagner un prix d'une valeur de 1.000.000 DA en participant à ce concours

Grâce à cette reprise ce sont 9 000 emplois qui vont être sauvegardés et la création d’éventuels nouveaux postes. Une décision qui va permettre également de protéger l’économie nationale et favoriser les intérêts du pays. Un vœu du ministre de l’industrie Ahmed Zeghdar, qui souhaite développer l’industrie automobile locale.