Le marché du pétrole sera-t-il perturbé en 2022 ? Quel scénario pour l’Algérie

Le marché du pétrole devient un sujet délicat ces temps-ci, le prix de ce dernier pourra, en effet, subir un changement majeur. Les responsables spécialisés dans l’énergie affirment qu’il y a une probabilité que ce marché se déstabilise prochainement. Trois scénarios peuvent en être responsables ; nous allons vous attribuer les informations les concernant à travers cet article.

Le marché des hydrocarbures est menacé

Avec l’imminente guerre qui affronte la Russie et l’Ukraine, le prix des hydrocarbures, y compris celui du pétrole et du gaz, pourrait augmenter. Mais cet événement n’est pas le seul facteur qui menace ce marché ; la crise, les catastrophes naturelles et les conflits pourront aussi le fragiliser.

L’ex-président du groupe Sonatrach, Ahmed Mechraoui, a également souligné lors d’une entrevue que l’offre et la demande jouent un rôle primordial dans ce domaine. Plus la deuxième connaît une baisse, plus la première augmente ; de ce fait, le prix chute excessivement et vice versa. Cela peut également produire une crise économique mondiale, d’après lui.

Les 3 scénarios qui pourront avoir lieu

Les spécialistes de l’énergie craignent qu’il puisse y avoir un changement sur le marché du pétrole en Algérie en cette année 2022-2023. La première estimation est basée sur le fait que le prix du baril du pétrole pourrait atteindre jusqu’à 150 Dollars ; une théorie optimisée.

En outre, une possibilité négative pourrait survenir en baissant le niveau de croissance mondiale et diminuant incontestablement le prix du baril à 65 Dollars.


Le troisième scénario stipule que le prix du baril du pétrole pourrait balancer entre 100 à 150 Dollars, et ce, jusqu’à l’achèvement de cette année. Cette théorie est la plus évidente d’après les spécialistes en énergie.

➡️ A lire aussi :  Portrait de Malik Rebrab, le nouveau PDG de Cevital - Biographie, Âge, parcours...

Ahmed Mechraoui a effectivement affirmé que la baisse de prix rencontrée par le marché du pétrole est en partie sous la responsabilité de l’OPEP et de ses partenaires de production.