Le pass sanitaire bientôt imposé en Algérie ?

Une solution qui pourrait réduire les dégâts selon les experts

Pass sanitaire en Algérie

Comme bon nombre de pays actuellement, l’Algérie doit faire durement face à la crise sanitaire due au Coronavirus. Les professionnels demandent alors de généraliser le pass sanitaire. Découvrez les détails ci-après.

Une hausse exponentielle de contaminations dans le pays

L’Algérie entre dans une nouvelle vague de crise sanitaire liée au Covid-19. Les chiffres enregistrés jusqu’à ce jour démontrent une forte propagation du virus. De ce fait, les professionnels, dans différents secteurs, abordent de nouveau la question du pass sanitaire

En effet, le pays enregistre actuellement un pic d’infection au Covid-19. Ce qui pousse les autorités à agir pour tenter de freiner cette croissance affreuse de contagiosité et la dangerosité de la situation. Toutefois, le taux de vaccination est très modique et la plupart des citoyens négligent les mesures préventives.

Ainsi, pour lutter contre la hausse de nombre de personnes contaminées, les professionnels tentent de trouver une solution. Il sera question d’adopter des dispositions rigoureuses et plus strictes.

Patients du COVID

Les solutions proposées par les experts

Les professionnels demandent l’obligation du pass sanitaire dans le pays. Selon eux, la généralisation est l’unique moyen de maîtriser la propagation du Coronavirus. Et cette décision doit être largement étendue pour concerner tous les organismes publics et les différents lieux de travail.

Ceci dit, tous les lieux de rassemblement devront être inaccessibles à ceux qui n’ont pas de pass sanitaire.

Selon le président du Syndicat national des praticiens agissant dans le domaine de la santé publique, les autorités doivent inciter les citoyens à la vaccination. Toutefois, cela ne sera pas possible si le pass sanitaire n’est pas généralisé.

➡️ A lire aussi :  Indice de développement Humain : la place de l’Algérie dans le monde veut dire beaucoup !

Pass sanitaire en Algérie

Le président du conseil scientifique des imams, Djamel Ghoul, de son côté a évoqué son accord quant à l’exigence du pass sanitaire dans les lieux de culte. Mais pour cela, un personnel encadreur doit intervenir pour la réalisation de ce processus.

Une mesure que l’État doit envisager et appliquer le plus tôt possible, selon les experts, pour réduire les dégâts liés au Covid-19.