Le toit d’une école bricolée choque les algériens

La rentrée scolaire 2022-2023 va être entamée. Si les élèves sont prêts, certaines écoles ne le sont pas apparemment. Dans la région d’El Harrouch, c’est le plafond d’une école qui choque les réseaux sociaux. Que s’est-il vraiment passé ?

Un risque élevé pour les élèves

L’établissement concerné est l’école primaire les Frères Bouaninba qui se situe dans le quartier Essaïd Bousbaa. Dans la photo on voit parfaitement qu’un trou béant a été recouvert par une planche de contreplaqué, qui par la suite a été recouverte d’un enduit blanc pour se confondre avec le plafond. L’image décrit parfaitement le trou avant et après sa réparation.

le toit de l'école primaire les Frères Bouaninba choque les algériens

Un travail à l’arrache comme on le dirait dans le jargon du métier, mais ce qui pose le plus problème c’est le risque qu’il fait encourir aux élèves. En effet, si cette plaque venait à se décrocher du plafond, ce sont les enfants qui seront touchés.

Les syndicats interpellent le gouvernement sur l’état des écoles

Les syndicats avaient lancé un signal d’alarme depuis longtemps sur l’état des écoles dans le pays. Dans de nombreuses régions, on assiste à des surcharges importantes, les infrastructures ne respectent pas les règlementations en vigueur, et à côté de cela, l’enseignement est encore mal encadré. Des problèmes qui peuvent faire douter de la réussite de cette année scolaire.

Le toit d'une école bricolée choque les algériens

Un problème de gestion au niveau local ?

Du côté du gouvernement, celui-ci a indiqué que tout a été mis en œuvre pour que la rentrée 2022-2023 se fasse sous les meilleurs auspices. L’éducation est en effet un défi national. Pour cette année, plusieurs dispositions ont été mises en œuvre pour aider les parents et les élèves.

➡️ A lire aussi :  Le salaire hebdomadaire de Riyad Mahrez révélé ! Combien gagne la star de Man City ?

Un financement a été prévu pour la réhabilitation des écoles, des primes de scolarité sont en cours pour certaines catégories d’étudiants et 4 millions d’élèves n’auront pas à payer le manuel scolaire.