L’insuline sera produite en Algérie qui développe son industrie pharmaceutique

L’industrie pharmaceutique en Algérie a fait un énorme pas en avant. Le pays s’est lancé dans la production de l’insuline, qui profitera principalement aux diabétiques. A cet effet, samedi dernier, précisément le 2 juillet 2022, le ministre de l’Industrie pharmaceutique (MIP), Abderrahmane Djamel Lotfi Benbahmed, a fait une visite de travail et d’inspection à Alger.

Lors de cette visite, celui-ci a eu l’occasion d’inaugurer une unité de production d’insuline ainsi qu’une unité de fabrication de médicaments anticancéreux.

L’unité de production d’insuline : rattachée au laboratoire Biothéra du groupe BIOCARE

Cette inauguration marque un nouveau point de départ pour le secteur pharmaceutique en Algérie. Cette initiative a pour but de renforcer les capacités de production du pays en matière d’insuline.

Selon un communiqué du ministère, cette unité de production d’insuline est rattachée au laboratoire Biothéra, qui est une filiale du groupe BIOCARE Biotech. Entre autres, il s’agit d’un investissement purement algérien, selon le même communiqué.

Cette unité aura la charge de produire de « l’insuline Glargine baptisé Glarus, équivalent Lantus, en full process ». Elle donnerait la possibilité pour l’Algérie d’avoir une nouvelle source d’insuline, lui permettant de ne plus importer de l’insuline.

Pour information, l’importation annuelle d’insuline effectuée par l’Algérie atteint plus de 120 millions d’euros. Cette nouvelle initiative permettrait ainsi de substituer directement cette importation.

Une industrie capable de produire plus de 50.000.000 d’unités d’insuline

La nouvelle industrie de production d’insuline en Algérie pourra fabriquer environ 50 millions d’unités, soit environ 10 millions de boîtes de 5 stylos. Cette initiative est innovante dans la mesure où cette quantité de production dépasse largement la consommation annuelle des diabétiques en Algérie.

➡️ A lire aussi :  Plage Algérienne : De vacances à emmerdements - Les autorités interviennent

Un autre défi de l’industrie pharmaceutique : la production de médicaments anticancéreux

Par la même occasion, le ministre Benbahmed a inauguré une autre unité de production « Profarm » qui est destinée à la fabrication des anticancéreux sous forme sèche. Cette nouvelle unité est rattachée au groupe Biopharm. Équipée d’un laboratoire chargé du contrôle-qualité pour les analyses microbiologiques et physico-chimiques, cette unité pourra produire plus de 10.000.000 de comprimés par an.