Algérie - Business et entreprise

PGC : Exonération de la TVA pour protéger le pouvoir d’achat des Algériens

PGC : Exonération de la TVA pour protéger le pouvoir d’achat des Algériens
A Nora
Ecrit par A Nora

À la veille du Ramadan, le gouvernement algérien travaillerait sur un nouveau dispositif dont le but est de détaxer les produits de grande consommation (PGC). Le but de ce dispositif est d’augmenter le pouvoir d’achat des citoyens algériens.

Hausse de prix stupéfiante au niveau des marchés

Depuis le mois de février, on observe une augmentation phénoménale au niveau des prix de produits alimentaires sur le marché. Les fruits et légumes, la viande blanche, et le lait sont principalement concernés par cette hausse. D’autres produits comme l’huile de table sont devenus quasiment introuvables.

L’augmentation des prix de vente serait environ de 10 à 15% selon le produit. Si le ministère du Commerce a pu garder l’inflation à un niveau stable depuis plusieurs années, l’arrivée de la pandémie, le manque de précipitations, et la crise du pétrole ont causé une situation sans précédente. On ressent principalement cette situation sur certains produits comme le lait ou l’huile.

Le prix de ces deux produits a dépassé largement la limite imposée par l’État durant ces dernières semaines. Certains commerçants refusent même de vendre en petite quantité, car la marge qu’ils perçoivent dépasse à peine 0,90 DA.

Incitation à l’adoption des factures et des déclarations fiscales

Pour protéger le pouvoir d’achat des citoyens, le ministère est actuellement en train de mettre en place un dispositif qui permettrait de décharger les PGC. Outre cet objectif, l’exonération de la TVA permettrait également d’adopter petit à petit la facturation chez les petits commerçants. En effet, le ministère dU Commerce a déclaré que beaucoup d’opérateurs économiques évitent encore d’adopter la facturation pour ne pas avoir affaire aux taxes.

Ce dispositif serait donc un moyen d’accélérer le processus d’adoption des factures chez les petits commerçants. En retraçant leurs flux d’achat et de vente, ils pourront plus facilement déduire la TVA et la taxe douanière sur leurs produits. Toutefois, le ministère du commerce n’a pas encore précisé si cette réduction sera totale ou partielle.

Quelle que soit la décision sur la TVA, la proposition est déjà positivement reçue par les experts en économie et les boulangers. Selon les spécialistes, elle permettra d’éviter une pénurie durant le mois sacré, ainsi que d’éliminer le monopole sur certains PPN. Quant aux boulangers, cette décision répond à une des demandes qu’ils ont effectuées auparavant auprès du ministère du commerce. Il ne reste plus qu’à définir un prix de vente commun sur le pain, ainsi qu’une marge de vente précise pour qu’ils n’aient plus peur des taxes et de la déclaration des chiffres d’affaires.

« Des plans efficaces amèneront à suppléer les nombreuses lacunes, et éviter la possibilité d’une pénurie durant le Ramadan », conclut le directeur de l’organisation des marchés au ministère du Commerce, Ahmed Mokrani. Des cellules de veille différentes seront par ailleurs créées au niveau du ministère pour garantir la disponibilité des produits ainsi que la stabilité de leurs prix pour réguler le marché.

Auteur de l'article

A Nora

A Nora

Journaliste, responsable éditoriale, Nora s’intéresse de prêt à l’actualité algérienne.