Production de Doliprane : Sanofi fonctionne à plein régime

Les productions ont augmentées malgré un délai à respecter

Sanofi

Pour les établissements de fabrication de médicaments, la Covid-19 a apporté son lot d’intérêts. Car depuis la crise sanitaire, l’usine algérienne de Sanofi fonctionne à grand régime. L’achat de doliprane a connu une hausse exceptionnelle depuis le début de l’épidémie.

Une production massive

L’usine algérienne du géant laboratoire pharmaceutique Sanofi évolue conformément à son plan stratégique. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, cette maison située à Sidi Abdallah fonctionne à plein régime.

Elle produit quotidiennement des milliers de boîtes de calmants pour la cardiologie et le diabète. Mais elle conçoit aussi des antalgiques pour le système nerveux.

Parmi ses produits phares, il y a le Doliprane. Ce médicament permet de traiter les patients développant une forme légère de Covid-19. Fabriqué à base de paracétamol, c’est le premier choix pour soulager la fièvre et la douleur.

Doliprane

Actuellement, l’entreprise produit quotidiennement près de 140 000 boîtes de doliprane.

Les chaînes de production fonctionnent sans cesse pour l’usine. Et les employés travaillent en shift et font des heures supplémentaires pour assurer le processus de fabrication.

Un délai à respecter

Depuis que le Ministère de l’Industrie pharmaceutique a annoncé la réquisition des unités de production de certains médicaments indispensables au système thérapeutique du Covid-19, l’usine est tenue d’augmenter ses capacités de production et ses effectifs.

Mis à part cela, les producteurs mobilisés par l’État sont aussi tenus de distribuer les médicaments fabriqués dans un délai de 48 heures maximum. Voici l’usine de fabrication filmée par TSA :

Le respect de ce délai et la hausse de la production sont possibles notamment grâce à l’approvisionnement en matières premières, a expliqué le responsable.

➡️ A lire aussi :  Les étudiants algériens en France vivent l'enfer avec cette rentrée universitaire 2022

La production du Paracétamol a donc été priorisée avec l’aide du ministère concerné, du fait qu’il s’agit du principe actif du Doliprane.

À noter que Sanofi vend 70 % de ces médicaments en Algérie. Mais il tente d’augmenter son objectif jusqu’à 80 % l’année prochaine.

Des produits similaires à ceux commercialisés dans d’autres pays, a indiqué M Sahnoune pour rassurer ceux qui pensent que le Doliprane fabriqué en Algérie est différent de celui importé.