Stagnation de l’importation de véhicules en Algérie : le Ministre de l’Industrie s’explique

Il évoque les raisons de cette affaire sans-fin

L’affaire d’importation de voitures neuves stagne toujours en Algérie. Alors que le Président de la République avait ordonné la révision du cahier des charges, décembre dernier, les choses sont encore au point mort. Le ministre concerné a donc donné des explications.

Un feuilleton sans fin

Intervenant à la radio nationale, le Ministre de l’Industrie s’est exprimé ce lundi sur cette affaire. Il a indiqué que le cahier des charges qui fixent les conditions d’importation de voitures sera bientôt prêt et que le texte se trouve déjà au Secrétariat général de l’État qui prévoit sa promulgation prochainement.

Indiquant que des modifications ont été faites, M Zeghar a annoncé la suppression de la clause exigeant que la cylindrée ne doive pas dépasser les 1600 m3. Ce qui correspond à 1,6 litre.

Il a aussi parlé des 73 dossiers déposés par les concessionnaires qui veulent importer de voitures neuves. Ces derniers sont déjà étudiés par le comité intersectoriel. Cela en est de même pour l’introduction des 46 recours.

Importation de voitures en Algérie

Aucune date encore indiquée

Bien qu’il n’ait pas encore donné une date précise, le Ministre de l’Industrie a indiqué que le nouveau cahier de charges verra prochainement le jour.

En ce qui concerne le retard de publication, il a accusé la crise sanitaire. Il assure que l’explosion du nombre de contaminations au coronavirus a grandement impacté le rythme d’étude des dossiers. Il a aussi garanti que son ministère tente tous les moyens possibles pour accélérer les choses.

Mais il s’est également focalisé sur les tarifs de véhicules en Algérie. Selon lui, c’est un phénomène touchant la plupart des pays du monde en raison de l’augmentation des prix des matières premières. Il a aussi pointé du doigt les frais de transport et des assurances.

Enfin, il a annoncé que le ministère est déjà en relation avec de grands constructeurs asiatiques et européens pour créer une véritable industrie.