Stagnation de l’importation de voitures en Algérie : les concessionnaires sont à bout de patience

Ils envoient, une fois de plus, une demande directement au Chef d’Etat

Concessionnaire en Algérie

Depuis un certain temps, l’activité d’importation de véhicules en Algérie stagne. Face à cette situation, certains concessionnaires réclament de l’aide à l’Etat. De quelle demande s’agit-il ?

L’importation des véhicules neufs stagne depuis un moment

L’histoire d’importation de véhicules neufs et d’autorisations d’importation n’a pas encore connu son épilogue en Algérie. Déclarée et reportée à de nombreuses reprises, cette affaire, qui devait s’appliquer en janvier 2022, reste bloquée au gouvernement.

Cependant, le mois de décembre 2021, le Président de la République avait imposé la révision et la modification du cahier des charges. 48 jours sont écoulés après la publication de la décision présidentielle qui comprenait la libération de nouvelles autorisations d’importation de voitures.

Mais il paraît que tout stagne et que l’application de ces décisions est encore floue.

De ce fait, un groupe de 70 concessionnaires automobiles en Algérie sollicitent l’aide d’Abdelmadjid Tebboune, Président de la République. Il réclame le déblocage des approbations d’importation de véhicules.

Mais il demande aussi une prise de décision quant aux dossiers qui se trouvent à la Commission de recours. À noter que cette paralysie des activités enregistre des pertes d’environ 1000 milliards de centimes pour ces commerçants réunis.

Concessionnaire en Algérie

Les concessionnaires de voitures sonnent l’alarme

Les commerçants de voiture sont dans l’expectative. En ruine depuis quelques années, ils interpellent le Président de la République pour accélérer la délivrance des autorisations d’importation de voitures aux agents.

Ils demandent aussi de trancher sur les dossiers des agents qui se trouvent bloqués au niveau de la commission de recours. Une situation qui devrait vite être réglée, ont-ils ajouté. De plus, le cahier des charges stipule un délai d’étude de 20 jours maximum pour les demandes d’agréments.

➡️ A lire aussi :  Aprés 129 jours de marche, Mehdi Debbrah arrive en Algérie avec émotions (images)

Néanmoins, les dossiers qui ont été déposés au comité technique n’ont pas encore reçu aucune réponse définitive jusqu’à maintenant. Ce qui dépasse largement les délais définis et impacte fortement l’activité des concessionnaires qui ne tentent que de remettre en route leur entreprise.