Algérie - Actualités

Un tremblement de terre de magnitude 3.7 a provoqué la panique de la population de Batna

Un tremblement de terre de magnitude 3.7 a provoqué la panique de la population de Batna
A Nora
Ecrit par A Nora

Dix jours après le tremblement de terre du 08 avril, une nouvelle secousse a été enregistrée par le Centre de recherche en Astronomie, Astrophysique et Géophysique (CRAAG) de l’Algérie. En effet, ce 18 avril un séisme de 3.7 degrés sur l’échelle de Richter a été ressenti dans l’Est –algérien et a semé la panique dans la région, bien qu’aucune perte humaine et dégât matériel n’aient été constatés.

Une secousse tellurique de magnitude 3.7 à l’échelle dans la wilaya de Batna

Si le dernier séisme vécu par l’Algérie avait une magnitude de 3.3 degrés sur l’échelle de Richter, cette fois-ci, l’Est algérien a subi un tremblement de terre de 3.7 Richter. Certes, cette intensité est assez faible, toutefois, cela a suffi pour troubler la sérénité de la population.

La légère secousse de ce dimanche 18 avril se localisait dans la commune d’Ouled Sellam, une localité située à 70 km de la wilaya de Batna. Son épicentre se situait à environ 3 km au Sud-ouest d’Ouled Sellam, près de la localisation de l’épicentre du tremblement de terre du 08 Avril dernier. Malgré ces activités sismiques successives subies par la région, aucune perte humaine n’a été provoquée par les secousses. Cela est dû au fait que ces-dernières ont toujours été de faible intensité.

Le tremblement de terre a été enregistré par le centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG) ce dimanche à 9 h et 10 minutes exactement. Il a semé l’alarme auprès de la population algérienne. Ceux, qui habitent près de l’épicentre étaient les plus en panique.

Plusieurs tremblements de terre en Algérie ces dernières semaines

Celui du 08 avril et la dernière secousse de la matinée du dimanche 18 avril n’ont pas été les seules activités sismiques ressenties en l’Algérie. Le pays fait actuellement l’objet de plusieurs tremblements de terre. On y enregistre plus de 1000 secousses telluriques par an. Les plus récentes n’ont pas été dévastatrices. Cependant, un bon nombre de tremblements de terre ont déjà engendré de dégâts importants dans le pays cette année, dont celui de la wilaya de Bejaïa en Kabylie. Ce séisme était ressenti le 18 mars 2021. Des familles ont perdu des maisons ainsi que d’autres biens valeureux. Mis à part cela, des secousses inquiétant ont également préoccupé les habitants des régions du centre et de l’est de l’Algérie ces dernières semaines. Les plus effrayés étaient ceux qui vivaient dans les environs et à proximité des épicentres.

Une forte activité sismique en Algérie, des risques majeurs encourus : les experts en parlent

Suite aux activités sismiques de ces dernières semaines, le professeur Abdelkrim Chelghoum, a décidé de parler des éventuels risques majeurs encourus par la population algérienne. Il évoque, en particulier, les séismes enregistrés à Mila, à Tipaza et à Blida sur le site web de la télévision algérienne. D’après cet expert, ces tremblements de terre n’avaient rien d’anormale et d’alarmant.

Selon lui, il s’agissait uniquement d’activités sismiques ordinaires sur le point de vue scientifique et technique. Il est à rappeler que ces secousses avaient une intensité moyenne de 4 degrés sur l’échelle de Richter.

Chelghoum a également expliqué l’origine de cette forte activité sismique sur les lieux. Les tremblements de terre ainsi que d’autres phénomènes naturels tels que les inondations constatées dans le pays sont, d’après ce président du Club des risques majeurs, favorisés par sa position géographique ou plus précisément sa localisation sur la rive méditerranéenne. Ce qui requiert la recherche de solutions et de techniques pouvant protéger la population algérienne ainsi que ses biens.

Auteur de l'article

A Nora

A Nora

Journaliste, responsable éditoriale, Nora s’intéresse de prêt à l’actualité algérienne.